Mettre des mots (maux) sur l’acouphène – Philippe Barraqué

Acouphène et psychologie

Si vous mettez des mots (maux) sur l’acouphène : c’est un symptôme bénin, ça n’est pas une maladie, tout au plus un dommage collatéral d’un évènement traumatique, d’un dysfonctionnement physique.

L’acouphène, on n’en meurt pas. Du moins pas directement. On n’a pas une épée de Damoclès au-dessus de la tête. Ça n’est pas un cancer.

L’acouphène ne nécessite pas une tierce personne pour vous aider à manger ou à vous vêtir. Il ne vous empêche pas de traverser la rue ou d’accéder à un bâtiment public.

Non, l’acouphène est encombrant, répété dans le cortex à l’infini, mais il se fera oublier un peu si vous le relativisez. Si vous l’ignorez, il vous ignorera.

Philippe Barraqué, musicothérapeute, docteur en musicologie

*Livre Dites stop à vos acouphènes, Philippe Barraqué, éditions J.Lyon (groupe Trédaniel)

Tous droits réservés – Reproduction interdite –

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s