L’oreille est une Rolls – Philippe Barraqué

 

Ne jamais écouter de la musique au casque toujours au même volume, même faible, c’est une des clés pour ne pas stresser vos oreilles.

  • Variez l’intensité sonore légèrement quand vous écoutez au casque.
  • Attention aux erreurs de réglages du volume qui sont des causes fréquentes de traumatismes sonores.
  • Les boutons de réglages du volume sur le smartphone sont par exemple moins sources d’erreurs que si vous glissez le doigt sur l’écran.

L’oreille est une Rolls, ne la transformez pas en 2CV!

Philippe Barraqué, musicothérapeute, docteur en musicologie, expert santé

Traumatismes sonores, oreilles stressées, acouphènes psychosomatiques, le nouveau CD Neurostimulation Anti Acouphènes(N.A.C.) agit directement sur le cerveau. Révolutionnaire!

http://www.stop-acouphenes.fr

Info Acouphènes Tous les traitements – Philippe Barraqué

CD Neurostimulation Anti Acouphènes

CD Neurostimulation Anti Acouphènes

Souvent à la suite d’un traumatisme sonore, mais parfois spontanément, des bourdonnements ou des sifflements – des acouphènes – vous assaillent, entendus au niveau d’une oreille, des deux, ou dans la tête.

Les acouphènes sont des bruits que vous seul entendez. Ils sont générés par votre appareil auditif mais aussi par différentes zones du cortex.

Les causes dites objectives, ont une origine identifiable :

  • les effets secondaires et ototoxiques de certains médicaments : fortes doses d’aspirine, ibuprofène, autres anti-inflammatoires non-stéroïdiens, antibiotiques aminoglycosidiques (en injectables, utilisés seulement en hospitalisation), anti-dépresseurs, diurétiques, quinine et antipaludiques, contraceptifs oraux et chimiothérapie,
  • les dysfonctionnements de l’ATM (articulation temporo-mandibulaire)
  • les pathologies de l’oreille : otites, tumeurs bénignes ou non, neurinome, otosclérose,
  • les pathologies des vertèbres cervicales, troubles circulatoires au niveau du cou,
  • les pathologies endocriniennes et l’hypertension,
  • des acouphènes pulsatiles seront plus souvent associés à des malformations vasculaires régionales (anévrysme, fistule artérioveineuse), ou à des mouvements anormaux rythmés, appelés clonies, des petits muscles profonds, très difficiles à mettre en évidence.
  • la maladie de Ménière accompagnée de vertiges

Les causes dites subjectives sont les plus nombreuses :

  • En premier, les traumatismes sonores supérieurs à 80-90 décibels qui lèsent les cellules ciliées et endommagent l’appareil auditif souvent de façon irrémédiable,
  • Mais aussi les effets négatifs et répétitifs des stress, des émotions et des traumatismes psychologiques. Une mauvaise hygiène de vie, une alimentation carencée ou des intolérances alimentaires.

Les acouphènes se manifestent de multiples façons et sont vécus différemment d’un patient à l’autre. Certains ont des bruits auditifs forts sans être gênés, d’autres des acouphènes plus faibles qu’ils ne supportent pas jusqu’à manifester des signes cliniques de dépression et d’obsession qui nuisent à leur relationnel et les désocialisent. Il est alors pathétique de les retrouver sur des forums toxiques du web à ressasser toujours les mêmes pensées négatives comme un fil circulaire.

De manière générale, la signature sonore du bruit auditif subjectif peut indiquer au spécialiste ORL certains types de dysfonctions :

  • des bourdonnements, vrombissements, lorsque le bruit est généré dans l’oreille, peuvent impliquer la chaine de conduction des petits os de l’oreille moyenne et les trompes d’Eustache,
  • les sifflements de tonalités diverses lorsque la source se situe au niveau cortical,
  • si les acouphènes sont liés à des troubles circulatoires, ils peuvent  être pulsatiles, rythmés par les battements cardiaques,
  • s’ils sont majorés par le bruit extérieur, il s’agit davantage d’une hypersensibilité des voies acoustiques, d’un mauvais amortissement des osselets de l’oreille moyenne.

Mais la grande caractéristique commune aux acouphènes est que le vrai silence n’existe plus, surtout la nuit, parce que le fond sonore de la vie active ne les masque plus. Il faut donc agir avec des examens appropriés :

  • bilan par un médecin ORL avec audiogramme, acouphénométrie et divers tests fonctionnels. IRM pour avoir un éclairage précis sur les différentes zones corticales qui s’activent, à défaut un scanner, mais la région du nerf auditif est difficile à percevoir à cause des artefacts générés par l’os du rocher,
  • électroencéphalogramme pour dépister une hyperexcitabilité de certains secteurs du cerveau,
  • bilan vasculaire surtout chez les personnes à risque cardiovasculaire.

Question traitement médical, on dispose de différents protocoles qui soulagent les acouphènes :

  • médicaments agissant sur la microcirculation, en particulier le Vastarel® ; sont aussi utilisé Tanakan®, dérivés de l’ergotamine (ne pas associer aux antibiotiques), extraits de Gingko Biloba,
  • certains anti-dépresseurs, qu’ils soient utilisés pour leur effet anti-stress ou un effet plus spécifique sur certains neuro-transmetteurs comme l’histamine,
  • les relaxants qui diminuent la tension psychologique, décontractent les muscles du cou, favorisent le fonctionnement des structures internes de l’oreille. Le Xanax® est souvent prescrit avec certaines améliorations.
  • les anti-épilleptiques comme le Rivotril ®, facile à gérer par le patient lui-même, avec une prise le soir.

Bien évidemment, il faut avoir recours à d’autres thérapies douces (acupuncture, homéopathie, phytothérapie, nutrithérapie), à la thérapie sonore (CD Stop Acouphènes, CD Neurostimulation Anti Acouphènes), à la sophrologie et à l’hypnose, aux thérapies cognitives et comportementales, à la relaxation et à la méditation de pleine conscience pour vivre mieux ses acouphènes et les oublier progressivement. C’est possible puisque seuls 8% des patients acouphéniques résistent encore à ces techniques d’autoguérison qui ont fait leurs preuves et qui sont validées scientifiquement.*

Philippe Barraqué, musicothérapeute, docteur en musicologie, expert santé

*Cet article vous a proposé des conseils anti-acouphènes qui vous sont donnés à titre préventif et ne remplacent pas l’expertise de votre praticien spécialisé et votre traitement médical.

Acouphènes Solutions – Philippe Barraqué – Tous droits réservés

Révolutionnaire! Neurostimulation Anti Acouphènes

1

Révolutionnaire et remarquable par sa simplicité d’utilisation, la Neurostimulation Anti Acouphènes™ agit directement sur le donneur d’ordre de vos acouphènes : le cerveau. Il suffit d’écouter le CD au casque tous les jours et c’est tout.

Son concepteur Philippe Barraqué, musicothérapeute de renom, a abouti à la mise point d’algorithmes intelligents qui, à force d’être répétés, désorganisent les connexions neuronales qui cessent progressivement de générer les bourdonnements, sifflements, tintements, souffles et pulsations ressentis dans les oreilles et dans la tête.

La Neurostimulation Anti Acouphènes™ (N.A.C.) est basée sur des séries aléatoires de douze sons en relation avec les fréquences qui perturbent votre audition. Des études cliniques ont démontré que ces séquences sonores diminuent l’activité électrique des cellules nerveuses responsables des acouphènes.

En utilisant quotidiennement la Neurostimulation Anti Acouphènes™, vous constaterez une diminution de l’impact de ces bruits parasites sur votre vie de tous les jours, une meilleure qualité de vie et de sommeil.

La technique exclusive N.A.C.™ est l’aboutissement de nombreuses années de recherches audiologiques pour améliorer le quotidien des personnes ayant des troubles de l’audition quelles qu’en soient la nature et l’intensité.

Disponible dès maintenant sur le site Stop Acouphènes

Acouphènes Solutions – Tous droits réservés – Philippe Barraqué

Mes six conseils pour guérir vos acouphènes – Philippe Barraqué, expert santé

Une séance de sophrologie anti-acouphènes à domicile et toujours disponible

Une séance de sophrologie anti-acouphènes à domicile et toujours disponible

Je vous donne aujourd’hui 6 conseils personnalisés pour venir à bout de vos acouphènes. Ils demandent de la patience, de la persévérance, une foi inébranlable en votre capacité de guérison car vous seul pouvez vous guérir.

1. Ne focalisez pas – Les acouphènes, plus on en parle, plus on focalise dessus, plus ils prennent le contrôle du mental. En résumé, plus on en parle, moins on guérit. Considérez-les comme un signal qui vous invite à grandir, à vous surpasser et vivez encore plus intensément que ceux qui n’ont apparemment aucun problème de cet ordre.

2. Souriez à vos acouphènes – Evitez de vous isoler, de vous condamner d’avance à l’échec avec l’inévitable « je n’y crois pas ». Bannissez les pensées négatives, les forums toxiques des hypocondriaques du son qui tue (!), les comportements addictifs, les tendances à l’agressivité et au repli sur soi. Soyez fort dans l’adversité, accueillez vos acouphènes avec un sourire amusé, ne leur résistez jamais.

3. Passez à l’action – Nombre de personnes atteintes d’acouphènes sont sous la domination de l’anxiété et de l’inquiétude. Le meilleur moyen de s’en libérer, passez à l’action. Commencez un nouveau traitement, centrez-vous sur un nouveau projet, agissez! Vous verrez que non seulement les peurs s’évacueront mais que les acouphènes diminueront.

4. Pratiquez la thérapie sonique – Six mois à raison d’un minimum d’une heure par jour, c’est la clé d’une amélioration de la majorité des acouphènes avec une thérapie sonore validée par un spécialiste. Pour renforcer le traitement sonique, un suivi avec un psy est indispensable et une phytothérapie sédative. Privilégiez aussi la relaxation, la méditation, la respiration profonde, la cohérence cardiaque, les médecines douces.

5. Trouvez la solution la mieux adaptée – L’acouphène étant un symptôme multiforme, à chaque type de bruit auditif sa solution. Pour les traumatismes sonores graves, l’appareillage auditif associé à un générateur de bruit blanc est à privilégier. Pour les acouphènes dont la cause n’est pas identifiée, il faut procéder par élimination avec en priorité 2 consultations : ostéopathie et stomatologie. La plupart des acouphènes surgissent sur un terrain psychosomatique « miné », suite à un choc émotionnel, un burn out, une dépression: les thérapies comportementales cognitives, la thérapie sonore, la sophrologie, l’hypnose, l’EMDR, la psychanalyse, la psychologie sont préconisés. Vous voyez qu’il y en a des solutions!

6. Faites de la sophrologie chez vous – L’intérêt de la sophrologie et du CD Sophro Acouphènes est de disposer d’un support thérapeutique pour faire une séance à la maison quand on veut. Cette sophrologie anti acouphènes que j’ai développée sur la base des recherches actuelles en TCC (thérapies cognitives et comportementales), n’est pas qu’une simple induction en état de relaxation profonde, mais bien une activation de son guérisseur intérieur, un autre rapport au temps, à la réalité, afin de replacer les acouphènes dans un processus mental réversible. Les gérer, les atténuer, leur accorder moins d’attention, moins d’analyse mentale qui les entretient, est la clé d’un mieux-être auditif.

Philippe Barraqué, musicothérapeute, docteur en musicologie, expert santé


CD de thérapie sonore : Stop Acouphènes – CD de sophrologie anti-acouphènes : Sophro Acouphènes

Acouphènes Solutions – Philippe Barraqué – Tous droits réservés


 

Une trithérapie anti-acouphènes efficace : son, sophrologie, aromathérapie – Philippe Barraqué

On connait les vertus des sons masquants, le processus d’habituation qui se met en place. Associer la thérapie sonore à la sophrologie et aux huiles essentielles, est un nouveau protocole qui marche pour traiter les acouphènes. Explications et mode d’emploi.

Commençons par la thérapie sonore. Il suffit d’un bon casque fermé, des deux CD Stop Acouphènes avec toutes les fréquences masquantes, pour bien débuter sa cure sonique anti bruits dans les oreilles.

Pour gérer le stress, l’anxiété, la dépression provoqués par ces bourdonnements qui vous gâchent la vie, on a rien trouvé de mieux que la sophrologie qui induit des états modifiés de conscience très apaisants et restructurants. Rien de plus efficace, si on ne veut pas dépenser trop d’argent en séances de sophrologie, qu’un sophrologue toujours disponible quand vous en avez besoin. Il y en a un qui vous attend chez vous grâce au CD Sophro Acouphènes. A écouter et savourer sans modération pour des nuits plus douces.

A ces soins soniques et relaxants, ajoutez les massages avec des huiles essentielles qui agiront en profondeur localement, sur les zones de l’oreille et des articulations mandibulaires. Ayez tout d’abord le réflexe hélichryse italienne : 2 gouttes autour de l’oreille en massage léger, plusieurs fois par jour. Vous en ressentirez encore plus les bienfaits en la complétant par des huiles essentielles d’estragon, de lentisque pistachier et de cyprès, à raison d’une goutte chacune. Pour les cas rebelles, si vos acouphènes persistent ou augmentent d’intensité, essayez le mélange suivant : ylang-ylang, gaulthérie, lentisque pistachier, cyprès, hélichryse italienne, estragon. Une goutte de chaque huile essentielle mélangée à trois gouttes d’huile végétale d’amande douce ou de pépin de raisin.

Peu d’acouphènes résisteront à ce protocole tri-thérapeutique où le son, la sophrologie et l’aromathérapie seront vos alliés précieux pour retrouver un peu de silence. Bonne cure !

Philippe Barraqué, musicothérapeute, docteur en musicologie, expert santé

Retrouvez ses conseils dans son ouvrage Dites stop à vos acouphènes, aux éditions J.Lyon

Plus d’infos : www.stop-acouphenes.fr www.sophro-acouphenes.fr

Le citron adoucit vos acouphènes – Philippe Barraqué

Rien de telle qu’une tasse d’eau tiède avec du jus de citron pour bien commencer la journée, particulièrement quand on a des acouphènes. En effet, pour la médecine chinoise, il s’agit de troubles liés à un déficit énergétique des reins ou du foie. Or, le citron est un très bon diurétique naturel. De plus, il nettoie le foie et régule le système digestif. Alors, ayez le réflexe citron!

Ce qui est recommandé contre les bourdonnements d’oreilles l’est donc aussi pour toute la famille. Pourquoi ne pas faire chaque matin une petite cure familiale d’eau citronnée ou accompagner chaque repas avec de l’eau fraîche agrémentée de quelques gouttes de citron. Bien entendu, si vous le supportez, un jus de citron pur avec un peu de miel d’acacia est un excellent moyen de booster le métabolisme et de renforcer les défenses immunitaires souvent fragilisées par des allergies ou des troubles chroniques de la sphère ORL.

On peut, pour commencer, se contenter d’un verre d’eau, minérale ou filtrée, citronnée et à température ambiante, et puis – pour les plus téméraires – passer à l’eau tiède qui demande une certaine habitude. Autre piste : le citron est très intéressant à utiliser en huile essentielle. Il est un remède de choix pour déstocker les graisses, lutter contre l’athérosclérose et activer la circulation sanguine. Y penser également pour vos recettes de cuisine, notamment les gâteaux : une goutte d’huile essentielle ou d’essence de citron à ajouter à votre préparation, et des zestes râpés bien évidemment! Tous ces conseils nutritionnels sont valables pour adoucir vos acouphènes dont les causes sont multiples et inhérentes aux pathologies déjà citées précédemment.

Lorsque rien ne les soulage, essayez cette application locale d’aromathérapie : imbibez un coton d’eau tiède et versez une goutte d’huile essentielle de cajeput et une goutte d’essence de citron.* Placez le coton dans le pavillon de l’oreille et gardez-le jusqu’à ce qu’il soit froid. Renouvelez ce pansement « silence » plusieurs fois par jour.

Rappelons enfin ces quelques principes de la médecine chinoise pour traiter les bruits auditifs :

  • Quand le rein gouverne l’oreille, sa défaillance en énergie se traduit par des bourdonnements sourds dans les fréquences graves et des baisses de l’acuité auditive. A ces symptômes reliés à l’oreille interne s’ajoutent, selon les cas, des douleurs articulaires, une frilosité générale et des pertes de mémoire.
  • Lorsqu’il s’agit d’acouphènes pulsatiles avec des sifflements dans l’aigu, c’est l’énergie du foie qui est à traiter. L’hypertension, les maux de tête, l’irritabilité et les insomnies en sont les principaux troubles.

Le réflexe matinal de l’eau citronnée, les massages avec quelques gouttes d’huile essentielle de citron diluée dans une huile végétale, leur utilisation dans un diffuseur, voilà des occasions multiples de bénéficier des vertus curatives d’un fruit qui convient parfaitement à votre thérapie anti-acouphènes et à votre bien-être au quotidien.

Philippe Barraqué, musicothérapeute, docteur en musicologie, expert santé.

Retrouvez tous ses conseils et thérapies anti-acouphènes dans son ouvrage Dites stop à vos acouphènes (éditions J.Lyon) :

Pour une thérapie sonore efficace, ayez le réflexe Stop Acouphènes

La sophrologie a fait ses preuves pour travailler sur soi et se défocaliser de ses bruits auditifs, pensez à la méthode Sophro Acouphènes

*Avertissement : ces conseils sont donnés à titre préventif et ne remplacent pas votre traitement médical. Les huiles essentielles sont déconseillées chez la femme enceinte et les jeunes enfants. En application cutanée, n’utilisez jamais les huiles essentielles pures mais toujours diluées.

Acouphènes Solutions – Philippe Barraqué – Tous droits réservés