J’hallucine que faire? – Philippe Barraqué

oreille-street-art2

Qu’elles soient visuelles ou auditives, ces perceptions erronées sont, selon des recherches scientifiques récentes, la conséquence d’une perte du contrôle de l’imagination par le cortex cérébral.

Pour être encore plus précis, les chercheurs pensent qu’il s’agit d’un dysfonctionnement de la capacité cognitive à classer les événements en faits imaginaires ou réels. D’autres émettent l’hypothèse d’une élimination exagérée de synapses lors de la phase de développement du cerveau qui produirait à terme la perception de mots inexistants. Même les techniques sophistiquées de l’imagerie médicale ne permettent pas d’identifier une cause unique à ces voix souvent harcelantes ou ces images dévoreuses d’émotions.

En effet, différentes anomalies cérébrales pourraient être impliquées dans ces dialogues subliminaux et très déstabilisants : addictions à des médicaments ou des drogues, réaction post traumatique du cerveau à une amputation, une cécité ou une surdité accompagnée ou non d’acouphènes.

L’explication la plus courante des hallucinations est une erreur d’attribution des stimuli par le cerveau qui ne réalise pas que ces messages parasites sont produits par lui-même. Comme le souligne le professeur de pédopsychiatrie Renaud Jardri, « c’est le trouble de la distinction soi/non-soi. Chez les patients souffrant de schizophrénie, ce trouble hallucinatoire pourrait découler d’anomalies cérébrales identifiées en imagerie médicale … »

En 2002, une étude menée chez des patients a démontré que leur expression parlée n’active pas simultanément les deux régions cérébrales dédiées à la perception du langage : les aires de Wernicke et de Broca. Ce défaut de synchronisation « pourrait contribuer à l’erreur d’attribution de ses propres pensées à une source externe », selon les auteurs de ces recherches.

Mais comment ce processus d’hallucinations intervient-il chez des patients qui ne souffrent pas de problèmes psychiatriques? La science est encore muette et sans doute devrait-elle s’intéresser davantage aux états extatiques, aux états modifiés de conscience, voire aux effets qu’exercent sur la perception les pratiques de la prière, de la méditation, de la transe, pour trouver les clés manquantes à ces voix ou ces images fantômes qui hantent le quotidien de patients qui hésitent à en parler, tant le sujet reste tabou dans notre société.

Philippe Barraqué, musicothérapeute, musicologue, expert santé

  • Sources : Professeur Renaud Jardri (CHRU de Lille), K.B, photo street art.

CD de thérapie sonore et de bruits de masquage : www.stop-acouphenes.fr


Acouphènes Solutions – Tous droits réservés.

 

Neurostimulation Anti Acouphènes, efficacité maximum

 

CD Neurostimulation Anti Acouphènes

Révolutionnaire et remarquable par sa simplicité d’utilisation, la Neurostimulation Anti Acouphènes™ agit directement sur le donneur d’ordre de vos acouphènes : le cerveau. Il suffit d’écouter le CD au casque tous les jours et c’est tout.

Son concepteur Philippe Barraqué, musicothérapeute de renom, a abouti à la mise point d’algorithmes intelligents qui, à force d’être répétés, désorganisent les connexions neuronales qui cessent progressivement de générer les bourdonnements, sifflements, tintements, souffles et pulsations ressentis dans les oreilles et dans la tête.

La Neurostimulation Anti Acouphènes™ (N.A.C.) est basée sur des séries aléatoires de douze sons en relation avec les fréquences qui perturbent votre audition. Des études cliniques ont démontré que ces séquences sonores diminuent  l’activité électrique  des cellules nerveuses responsables des acouphènes.

En utilisant quotidiennement la Neurostimulation Anti Acouphènes™, vous constaterez une diminution de l’impact de ces bruits parasites sur votre vie de tous les jours, une meilleure qualité de vie et de sommeil.

Commandez vite le CD Neurostimulation Anti Acouphènes en suivant ce lien : je commande maintenant


 

Acouphènes Solutions – http://www.stop-acouphenes.fr – Tous droits réservés

Coaching Stop Acouphènes, la solution

coaching-stop-acouphenes-philippe-barraque-3Acouphènes, hyperacousie, baisse d’audition : choisissez l’expertise d’un spécialiste pour trouver la solution adaptée à vos bruits auditifs. Philippe Barraqué, créateur de la méthode Stop Acouphènes et expert santé, répond à vos questions sur le Coaching Stop Acouphènes.

  • Comment se passe la séance de coaching et quelle en est la durée?

La séance Coaching Stop Acouphènes™ se déroule par téléphone. Pratique, il n’y a pas à se déplacer. Le Coaching dure 45 minutes environ et comprend :

– Des tests audio-phonologiques

– L’analyse de vos acouphènes

– Un bilan psycho-acouphénologique (stress, dépression, insomnie, isolement relationnel)

– L’établissement d’un protocole thérapeutique (des exercices simples à pratiquer tous les jours)

Le coaching s’achève par des conseils à mettre immédiatement en pratique pour un soulagement immédiat de vos troubles auditifs.

  • Et après la séance?

A l’issue de la séance de Coaching Stop Acouphènes™ , il vous est adressé dans les 48 heures par mail un compte-rendu détaillé avec les différentes pratiques de santé à mettre en  œuvre pour traiter vos problèmes auditifs. Nous pouvons joindre à ce mail un fichier téléchargeable MP3 (durée 1h) accordé à la fréquence exacte de votre acouphène (+ fréquences thérapeutiques) à écouter intégralement tous les jours pendant six mois.

  • Quel est le coût de cette prestation ?

Le Coaching Stop Acouphènes™ ne coûte que 119,50 €. Pensez à toutes les économies que vous allez faire en consultations de spécialistes, en appareillage, simplement en investissant une somme modique avec ce coaching. C’est une belle opportunité pour aller mieux tant dans sa tête que dans ses oreilles. Si vous optez pour le Coaching+ le fichier téléchargeable MP3, cela vous revient seulement à 175 €. On est loin du coût d’un appareil auditif.

  • Comment en bénéficier rapidement?

Après réception de votre commande par Paypal, vous nous indiquez les jours et heures qui  vous conviennent le mieux pour réaliser votre coaching par mail. Vous nous décrivez également vos symptômes actuels, les traitements médicaux que vous suivez. Vous nous adressez, si possible, vos examens audiométriques afin de mettre en place une stratégie efficace pour remédier à vos problèmes auditifs.

  • Comment prendre rendez-vous ?

Rendez-vous sur cette page du site, rubrique Coaching Stop Acouphènes™, réglez par Paypal et nous vous recontactons très vite.

Faites confiance à l’expertise d’un spécialiste. Le Coaching Stop Acouphènes est une méthode validée scientifiquement et recommandée par des médecins ORL.


 

Acouphènes Solutions™ – Philippe Barraqué – www.stop-acouphenes.fr

Acouphènes : l’homéopathie ça marche!

homeopathie

Vous avez essayé beaucoup de traitements pour traiter vos bruits dans la tête, vos bourdonnements d’oreilles, et vous pensez que rien ne marche; pourtant, l’homéopathie a fait ses preuves pour agir durablement sur vos acouphènes. Un conseil toutefois, soyez persévérant et prenez vos 3 granules 5CH plusieurs fois par jour et au moment des crises.

  • L’homéopathie adaptée à chaque pathologie auditive :
    • Acouphènes et choc traumatique : Arnica, Hypericum, Natrum sulfuricum.
    • Acouphènes et craquements articulaires : Calcarea carbonica, Ferrum phosphoricum, Graphites, Kalium, Muriaticum.
    • Acouphènes avec joues rouges : Sanguinaria Canadensis.
    • Acouphènes et malocclusion dentaire : Calcarea Carbonica, Graphite, Natrum Muriaticum, Thuya.
    • Acouphènes et ménopause : Glonoïnum, Lachesis.
    • Acouphènes avec oreilles rouges et chaudes : Sulfur.
    • Acouphènes pendant la période des règles : Ferrum Metallicum, Graphites.
    • Acouphènes en position allongée : Graphites, Sulfur.
    • Acouphènes provoqués par des médicaments : Glonoïnum.
    • Acouphènes pulsatiles : Calcarea carbonica, Causticum, Glonoïnum, Lachesis.
    • Acouphènes après le repas, nausées : Nux vomica.
    • Acouphènes avec résonances dans la tête : Baryta carbonic, Causticum, Lycopodium, Phosphorus, Sepia.
    • Acouphènes avec sensation d’oreille bouchée : Lachesis.
    • Acouphènes au seuil de l’intolérable : Actea racemosa.*

Philippe Barraqué, musicothérapeute, expert santé



*Retrouvez plus de conseils en homéopathie et toutes les techniques anti acouphènes dans mon livre Dites stop à vos acouphènes (éditions J.Lyon)

– Acouphènes solutions – Philippe Barraqué – Tous droits réservés

 

Un intolérant au bruit témoigne – Philippe Barraqué

oreilles

Un musicien québécois témoigne de son intolérance au bruit, ce qu’on appelle l’hyperacousie, et des moyens qu’il a mis en œuvre pour pouvoir continuer à faire de la musique malgré son problème psycho-auditif.

« Je suis acouphénique depuis une quinzaine d’années et musicien amateur depuis une douzaine d’années. Je suis membre de cinq formations musicales, dont une harmonie (orchestre d’instruments à vents et percussions) d’une cinquantaine de musiciens.

Quelque temps avant de joindre ce premier groupe, j’ai vécu une période d’intolérance au bruit (que j’ai compris plus tard comme étant de l’hyperacousie). Ceci m’a amené doucement vers l’isolement. Tranquillement, je me suis mis à décliner les invitations au restaurant (ah! les gens parlent de plus en plus fort et tous en même temps par surcroit!), j’évitais les concerts (mon Dieu! que les flûtes traversières sont puissantes de nos jours, et que dire des groupes rock!) et je n’avais plus le goût d’aller au cinéma (il devrait y avoir une loi contre autant de décibels!). Je ne m’apercevais pas que c’était mon oreille qui changeait, pas les gens.

C’est en commençant à jouer avec mon orchestre d’instruments à vent que j’ai compris que je ne pourrais pas survivre longtemps si je ne faisais pas quelque chose : cela devenait de plus en plus douloureux à chaque pratique. J’ai consulté une audiologiste qui m’a fait passer des tests et m’a annoncé que je souffrais d’hyperacousie; et que ça se soignait habituellement assez bien avec des bouchons moulés.

J’ai donc pris rendez-vous avec un audioprothésiste qui m’a fabriqué des bouchons, dits de musiciens à cause de leur capacité à atténuer les sons également sur tout le spectre des fréquences audibles, permettant au musicien d’avoir un son atténué, mais balancé. Pendant quelques semaines, j’ai suivi la prescription de l’audioprothésiste : ne mettre les bouchons que lorsque la douleur était présente et les enlever dès que cette source de douleur était absente; ceci pour assurer mon confort, d’une part, mais aussi pour permettre à l’oreille de se désensibiliser en étant exposée aux bruits ambiants normaux.

Au début de mes pratiques, je les mettais toujours. Après quelques semaines, j’ai commencé à oublier de les mettre. La douleur surgissait, mais pas toujours. Après quelques mois, je me suis aperçu que la douleur était absente. Je ne sentais plus le besoin de les mettre.

Aujourd’hui, je les porte toujours sur moi (mais pas dans mes oreilles) comme assurance contre la douleur. Je ne les porte qu’occasionnellement. Ma sensibilité à la douleur a diminué drastiquement. Aujourd’hui, je suis capable de tolérer les applaudissements et les assiettes qui s’entrechoquent, ce qui me déchirait le tympan auparavant. »

Normand G. (source : Acouphènes Québec)


Acouphènes solutions – Philippe Barraqué – Tous droits réservés

Hyperacousie, conseils pour en guérir

guérison épanouissement

L’hyperacousie, contrairement aux acouphènes, est une intolérance aux bruits qui est relativement facile à guérir. Philippe Barraqué, créateur de la méthode Stop Acouphènes, vous donne des conseils pour y parvenir.

Si l’hyperacousie n’est pas associée à des acouphènes ou à une pathologie invalidante, il y a des moyens simples pour en venir à bout. La première règle est d’utiliser les bouchons d’oreilles à bon escient. Si vous bouchez vos oreilles en permanence, vous allez augmenter votre sensibilité aux bruits car l’organe auditif a besoin de la pression de l’air extérieur pour bien fonctionner et que la nature l’a ainsi fait. Les bouchons seront donc réservés aux expositions sonores à risque comme les concerts, les discothèques, etc.

La deuxième règle est que l’hyperacousie arrive dans la plupart des cas sur un terrain psychologique fragile et anxiogène. Il suffit d’un choc émotionnel, associé ou non à un traumatisme sonore, pour que le processus infernal de l’allergie aux sons se mette en place. Il s’en suit des crises d’angoisse, de panique, qui dominent bien souvent le récit qu’en font les patients hyperacousiques.

De l’hyperacousie, il n’y a qu’un pas pour plonger dans la misophonie avec une désocialisation provoquée par le rejet de tout bruit émanant de l’environnement sonore proche. Un bruit de mastication, une cuillère qui tombe, le son du moteur du frigidaire, le voisinage, tout se transforme en une bombe sonore provoquant un repli quasi autistique sur soi. Donc, il ne faut pas hésiter à consulter un psy et le plus possible méditer, se relaxer, s’oxygéner, voir des amis pour éviter une marginalisation sociétale parfois définitive.

La troisième règle est d’arrêter de tisser en permanence des pensées toxiques, de stopper l’analyse hypocondriaque de votre « hyper ». Il n’est qu’à lire sur des pages et des pages de certains forums, les analyses détaillées au scalpel des hyperacousiques, leur agressivité entre eux, leurs pensées mortifères, pour vous encourager à sortir bien vite de ce cercle vicieux en  vous accordant des temps de lâcher prise, voire en utilisant la technique de la cohérence cardiaque (six cycles de respiration par minute).

La quatrième règle est d’avoir recours à la thérapie sonore et en particulier au bruit Brown très adapté aux hyperacousiques. Beaucoup de patients l’ont adopté.

Vous voyez qu’il ne vous ait pas proposé de recettes miracles pour guérir mais des solutions pérennes pour y parvenir. Donc, vous prenez votre manteau, vos baskets et vous renouez avec le monde extérieur. Promis?

Philippe Barraqué, thérapeute, musicothérapeute, expert santé


www.stop-acouphenes.fr La référence en thérapie sonore

Acouphènes Solutions – Tous droits réservés.

 

Liste des médicaments ototoxiques – Acouphènes solutions

acouphènes visualisation 

Une centaine de médicaments sont indiqués comme susceptibles de provoquer des dommages au niveau de l’oreille interne. Ils contiennent des substances ototoxiques. En voici la liste non exhaustive, tout en sachant que ces molécules, dont certaines entrent dans la composition de médicaments très courants, ne causent des altérations de l’appareil auditif que dans des cas très spécifiques et lors de traitements prolongés et à forte dose. Ces médicaments ototoxiques peuvent endommager les cellules ciliées de la cochlée ou le vestibule, entraînant des troubles de l’oreille comme les acouphènes, les vertiges et les pertes d’équilibre.

  • Anti-inflammatoires

Salicylates

– Aspirine‚ Aspégic‚ Aspro‚ Catalgine‚ Kardégic‚ Solupsan.
Ces substances ont des effets sur la cochlée en cas de traitement prolongé ou à forte dose. Au delà de 4 grammes par jour, elles provoquent des acouphènes chez 50% des patients et une baisse auditive dans 75% des cas.

Divers anti-inflammatoires

Acides acétiques : Indomethacine, Indocid.
Acides propioniques : Fenoprofène Nalgésic‚ Ibuprofène Nurofen‚ Nureflex‚ Advil‚ Naproxen Apranax‚ Naprosyne‚ acide méfénamique, Ponstyl.
Acides énoliques : Piroxicam Feldène. Les deux molécules les plus souvent citées sont l’Ibuprofène et le Naproxen.


  • Cancérologie et hématologie

Cisplatine et dérivés
– Cisplatyl, Eloxatine‚ Oxaliplatine, Paraplatine‚ Carboplatine.
Les effets ototoxiques se manifestent par des acouphènes fréquents avec une déficience dans les aigus. La surdité s’installe parfois brutalement. En cas de traitement de longue durée, ces altérations auditives peuvent atteindre d’autres fréquences, entraînant une difficulté à discriminer les sons entre eux.

Interféron : Il présente un taux élevé d’ototoxicité (45% d’acouphènes avec surdité). Il semblerait que ces effets surviennent après un traitement prolongé et soient réversibles à l’arrêt du traitement.

Autres traitements
-Dérivés de la moutarde azotée (surdité et acouphènes permanents).
-Bléomycine (acouphènes possibles).
-Vincristine (atteinte de la cochlée).
-Vinblastine.
-Méthotrexate (toxicité cochléaire et vestibulaire).


  • Diurétiques

-Furosémide, Lasilix.


  • Antibiotiques

Aminosides
-Amiklin (toxicité cochléaire et vestibulaire).
-Gentamycine (toxicité cochléaire et vestibulaire, dose-cumulée).
-Isepalline (toxicité cochléaire et vestibulaire).
-Tobramycine Nebcine‚ (toxicité cochléaire et vestibulaire).
-Netilmycine.
-Netromycine‚ (toxicité cochléaire et vestibulaire).
-Kamycine‚ (toxicité cochléaire et vestibulaire).

Les Aminosides ont des effets ototoxiques quels que soient leurs modes d’administration, en prise unique ou en plusieurs prises. L’ototoxicité est différente selon la molécule considérée : la Néomycine est la substance la plus cochléotoxique avec des cas rapportés après utilisation par voie aérienne. Sur le vestibule, sa toxicité s’avère plus rare ; la Streptomycine est beaucoup plus toxique. Elle provoque une baisse auditive dans 4 à 15% des cas. La Gentamycine est plus vestibulotoxique (incidence allant jusqu’à 30%) que cochléotoxique (4 à 5% de baisse auditive). Kanamycine, Amikacine et Nétilmicine sont principalement toxiques sur la cochlée.

Macrolides
-Erythromycine, Erythrocine‚ Erytrogram‚ Pédiazole.
Les macrolides induisent une surdité bilatérale, souvent associée à des acouphènes. Les vertiges sont possibles. Contrairement à ce qui est observé avec les aminosides, la surdité peut atteindre aussi bien les fréquences conversationnelles que les fréquences plus aiguës. Elle est donc aisément décelable par le patient. Ces effets ototoxiques surviennent pour des doses supérieures à 4 grammes par jour, ou à partir de 2grammes par jour, en cas d’insuffisance rénale (dialyses) ou hépatique.

-Clarithromycine, Naxy‚ Zeclar. Des cas d’acouphènes et d’hypoacousie réversibles ont été signalés.

-Azithromycine, Zithromax‚ Vancomycine, Vancocine, Vancomycine.
Leurs effets indésirables sont des acouphènes et des cas de surdité potentiellement irréversibles, notamment dans les fréquences aiguës. Ils sont rapportés pour des taux sanguins élevés (> 30 à 45 mg/l) et en association avec d’autres médicaments ototoxiques.

-Polymixine, Colymycine (toxicité cochléaire et vestibulaire en instillation).

-Tétracyclines, Doxycycline, Vibramycine‚ Minocycline, Acneline‚ Mynocine.

La Minocycline (utilisée notamment dans le traitement de l’acné et de la pseudoarthrite rhumatoide) est vestibulotoxique, surtout chez la femme. 50 à 100 mg, 2 fois par jour, provoquent des étourdissements et des vertiges, réversibles après l’arrêt du traitement (48 à 72 heures après).


  • Antipaludéens

Quinine
-Quinidine, Quinimax‚ comprimés et injections (acouphènes, vertiges, baisse auditive).
-Quinine chlorhydrate Lafran.
Leus effets observés sont réversibles (acouphènes fréquents même à faibles doses).
Dans les traitements prolongés à dose supérieure à 200-300 mg par jour, 20% des patients souffrent d’acouphènes, suivis par une baisse auditive provisoire sur les fréquences graves.

Chloroquine
-Nivaquine‚ Savarine.
Des cas de surdité sévère et définitive ont été rapportés le plus souvent après des traitements prolongés et à fortes doses.


Autres médicaments anti malaria
-Méfloquine, Lariam, Pyriméthamine, Malocide‚ Fansidar (vertiges).


  • Topiques locaux prescrits en ORL

On constate des effets ototoxiques en cas de perforation tympanique sèche.

-Antibiosynalar (toxicité cochléaire et vestibulaire).
-Auricularum (quelques cas de vertiges).
-Colicort‚ Corticétine‚ Framyxone‚ Desocort, Panotile‚ Polydexa ( toxicité cochléaire et vestibulaire).
-Dexapolyfra‚ (toxicité cochléovestibulaire pour le foetus, contre-indiqué durant la grossesse).


  • Anesthésiques locaux

-Lidocaïne, Xylocaïne‚ Bupivacaïne, Marcaïne (anesthésie du rachis), Morphine (en épidural).


  • Autres molécules ototoxiques

Anti arythmiques
– à base de quinidine, lidocaine, tocainide et flecainide (Flecaïne).
– béta-bloquants (Propanolol, Metoprolol) : aggravation d’acouphènes préexistants.
– anti-calciques (Adalate).

Anti hypertenseurs
-Diazoxide, Hyperstat‚ Enalapril, Renitec (atteinte de la cochlée).

Anti convulsifs
-Carbamazépine, Tégrétol‚ acide valproïque, Dépakine (atteinte de la cochlée).

Anti ulcéreux
-Cimetitidine, Tagamet‚ Famotidine, Pepdine, Oméprazole, Mopral (atteinte de la cochlée).


Hormones et contraceptifs oraux
Cochléotoxicité variable selon les patients.


Opioïdes
– Morphine, Moscontin‚ Skenan‚ Pentazocine, Fortal (atteinte de la cochlée).


Anti dépresseurs
Anti dépresseurs imipraminiques :
– Surmontil‚ Anafranil (rares cas d’acouphènes).
– Miansérine, Athymil (acouphènes).
– Fluoxétine, Prozac (perte auditive).
– Diazepam, Valium (acouphènes lors du sevrage).


Des acouphènes ont également été rapportés après la prise des substances médicamenteuses suivantes:
-Anti histaminiques.
-Caféine.
-Aminophylline, Planphylline.
-Acétazolamide, Diamox.
-Levodopa, Modopar‚ Sinemet.
-Deferoxamine, Desféral : cochléotoxique dans 25 à 75% des cas, à raison d’une dose journalière supérieure à 35-50 mg/kg).

  • Important : cette liste des médicaments ototoxiques vous est donnée à titre préventif. N’interrompez en aucun cas votre traitement médical et consultez votre médecin traitant.

Philippe Barraqué, expert santé, thérapeute


www.stop-acouphenes.fr  la référence en thérapie sonore anti acouphènes

Acouphènes solutions – Philippe Barraqué – Tous droits réservés.