Stop Acouphènes Avis sur YouTube

Depuis la sortie de la méthode Stop Acouphènes™, les avis se sont multipliés sur YouTube notamment. Au fil des années, les CD Stop Acouphènes se sont imposés et les questions ont souvent trouvé des réponses positives. Des ORL les recommandent avec plus de 70% d’amélioration et un taux d’échec de seulement 8%. C’est à vous de vous faire votre opinion avec ces avis d’utilisateurs YouTube*.

Jean-Pierre D. : Bonjour M. Barraqué. Je vous remercie pour la grande qualité de votre travail. Comme je le disais dans mon précédent message, « Fréquence Violette » agit sur mes acouphènes, qu’il s’agisse de crépitements ou de bruit blanc. Est-ce que « Fréquence Violette » a également un effet thérapeutique sur le long terme comme « Fréquence blanche » ? Merci de votre réponse.

  • Philippe Barraqué, auteur de la méthode Stop Acouphènes™ : Tout à fait. Les fréquences blanche et rose sont les basiques à utiliser quotidiennement. La fréquence violette peut être réservée lorsque les acouphènes augmentent en intensité. Toutes ont un effet thérapeutique à long terme. Le CD Sophro Acouphènes apporte une détente mentale, des états modifiés de conscience qui favorisent la libération des blocages psychologiques à l’origine de certaines formes d’acouphènes.

Laurent G. : Bonsoir, Je viens de commander votre CD. Mes acouphènes de l’oreille gauche datent du 6 décembre, sans soute un choc émotionnel ou stress car je n’écoute pas fort la musique, je n’ai pas de perte d’audition, mon scanner est normal. J’attends mon PEA chez mon ORL mardi prochain. Je fais aussi de l’acupuncture chez un médecin. Je souhaite sincèrement que votre CD m’aide ainsi que ma famille à passer ce cap d’acceptation et de les entendre beaucoup moins. Etant hypersensible, très émotif, ça n’arrange rien au problème, qui soit dit en est peut être aussi la cause. J’attends donc votre Cd avec impatience. Je vais tester aussi les fleurs du Dr Bach. Bien à vous.

Jean-Pierre D. : C’est le morceau « Fréquence violette » qui soulage mes acouphènes. Vais-je constater une amélioration en l’écoutant 1 heure tous les jours? J’apprécie beaucoup le CD sur la sophrologie.

  • Philippe Barraqué : La fréquence violette est indiquée dans les crises acouphéniques aiguës. C’est une variante du bruit blanc. La thérapie sonore doit être écoutée quotidiennement. Il faut en général six mois de pratique pour que l’habituation du cortex soit efficace. Mon ouvrage « Dites stop à vos acouphènes » explique en détail ces protocoles, entre autre. (éditions J.Lyon)

Georges M. : Bonjour, je voudrais savoir comment acheter vos CD merci

  • Philippe Barraqué : Sur mon site, sur les sites marchands en ligne ou dans les réseaux distributeurs.

Florence L-R. : Bonjour,  combien de temps faut-il pour constater des résultats et surtout à quel rythme et à quel niveau sonore  mettre le CD pour que cela ne nuise pas au oreilles ( casque ? pas casque ? MP3 ou une une simple radio CD  avec casque ?). Pour le moment, j ‘ écoute votre CD 2 fois 1 h tous les jours( 1 h le matin et 1 h le soir ) avec un petit casque de MP3 et ce depuis 8 mois  . Merci de vous lire. 

Florence L-R. : Je pense sincèrement que votre cd Stop Acouphènes est efficace ! J’ai essayé l’appareillage cela m’a couté 4000 € pour un résultat catastrophique. Je les ai portés 12 à 14 h par jour pendant 8 mois. Résultat comme je n’ai qu’une très faible presbyacousie, les amplificateurs ont fini par me déclencher de l’hyperacousie et des acouphènes en crises  (bravo !!!). Depuis que je ne porte plus ces appareils,  l’hyperacousie a bien changé et les acouphènes me laissent tranquille de plus en plus souvent. Je pense que ces appareils sont faits uniquement quand on a un vrai problème auditif+acouphènes (mes acouphènes sont dans la tête et non dans les oreilles), et maintenant je me retrouve avec des appareils sur les bras super! Merci à vous pour ce que vous faites pour nous car ce n’est pas simple. 

  • Philippe Barraqué : Merci à vous Florence pour votre témoignage. Ce ne sont pas toujours les appareillages coûteux qui sont les plus efficaces et les CD Stop Acouphènes satisfont souvent leurs utilisateurs. En effet, il n’est pas toujours facile d’apporter un soulagement à celles et ceux qui ont des acouphènes ou/et de l’hyperacousie. Croyez bien que je le fais avec sérieux et en conscience, même s’il n’est jamais possible d’obtenir 100% de résultats positifs. Bonne continuation.

Gigi G. : Bonjour à tous, et bien personnellement, j’ai commencé à écouter ce CD depuis deux mois, et je constate une petite amélioration, rien d’exceptionnel, mais c’est déjà mieux. J’écoute surtout le CD avant de m’endormir et je dois dire que c’est le seul bruit blanc qui arrive à camoufler totalement les bruits de mes acouphènes, je m’endors souvent pendant la piste 1, donc c’est parfait. Durant la journée, comme je suis active, je n’y fais pas vraiment attention, les sifflements peuvent être gérés quand on commence à s’en accommoder (il faut faire un travail sur soi-même, et apprendre à accepter ce « problème »). C’est juste une nouvelle façon de vivre avec quelques inconvénients, mais je me dis qu’il y’a tellement pire… En tout cas, je vous remercie Mr Barraqué, car mes nuits sont beaucoup plus douces désormais, et ce grâce à vous. 🙂 Cordialement

Martine K. : Vous pensez que ça marche vraiment? Que ça peut faire partir les acouphènes ou bien les atténuer? J’ai un trauma sonore à cause d’un ventilo d’ordinateur et depuis j’ai un acouphène persistant à l’oreille gauche, j’ai juste un vasodilatateur comme traitement, rien de plus, aucun mieux, ça fait que huit jours que j’ai l’acouphène et j’en ai déjà marre.

Martine K. : Bonjour Monsieur Barraqué, chose promise, chose due, je vous avais dit que je reviendrai vous donnez de mes nouvelles au bout d’un mois après avoir essayé vos CD. Et bien j’apporte de bonnes nouvelles, mes acouphènes ont grandement baissé d’intensité, surtout les aigues insupportables qui se sont fait plus discrets. Je continue tous les jours mes séances, et je suis ravie du progrès effectué. Merci beaucoup !

  • Philippe Barraqué : Merci pour votre témoignage positif et bonne continuation

Vincent C. : J’ai 16 ans et je souffre d’acouphènes depuis hier soir. Le sifflement n’est pas très fort mais dérange fortement le fait de s’endormir. L’acouphène est survenu sans trop de raisons valables, (J’écoute parfois la musique fort mais certes) au moment du coucher (donc dans un environnement calme). J’espère ne plus y faire attention avec le temps, voir ne plus l’entendre du tout. P.S : J’ai eu de nombreuses otites (env. 2 par an depuis mes 3 ans) qui pourrait aussi en être la cause

Cécilia S. : J’ai fait l’acquisition de votre livre Dites stop aux acouphènes sur le site de la fnac. J’écoute le bruit rose pour parvenir à mieux me détendre. Dans votre livre vous expliquez que l’Orl doit effectuer certains examens, et bien les Orl que j’ai consultés ne l’ont jamais fait et ont pour seuls mots : il faut vivre avec.

Balladin : Bonjour, depuis un certain nombre d’années, j’ai des acouphènes supportables mais continus et permanents (aux deux oreilles d’ailleurs à des fréquences légèrement différentes !), avec des intensités variables. Pensez-vous que votre CD puisse diminuer ces acouphènes ?

  • Philippe Barraqué : Oui la thérapie sonore et les CD Stop Acouphènes sont efficaces pour diminuer vos acouphènes. Il faut pour cela les écouter chaque jour et il quelques mois pour obtenir des résultats encourageants. Bien évidemment, il est conseillé de faire un bilan de vos acouphènes auprès d’un ORL compétent.

Jean Maurice : tu es un génie merci.

Michaël M. : Les résultats pour moi sont très positifs. J’ai jeté le Vastarel et toutes ces conneries qui ne m’ont jamais rien apporté à part toujours plus d’angoisse. La fréquence violette me purge littéralement les oreilles. J’ai commencé à écouter aujourd’hui à 17h00. Pendant 15 minutes non-stop. Puis je suis parti faire des petites courses. A mon retour, je cherchais mon acouphène. Je le cherche toujours. Un grand merci.

*Source YouTube. https://youtu.be/vygn0BvSKlg

CD Stop Acouphènes™ : www.stop-acouphenes.fr

©2016. Acouphènes Solutions – Tous droits réservés –

 

 

Le patient acouphénique analysé par le psychothérapeute – Philippe Barraqué

Peur de changer son mode de fonctionnement, peur de l’inconnu, impossibilité à assumer ses erreurs, à se remettre en question, Jacques Martel dresse le profil psychologique type de l’acouphénien qui résiste au changement et s’installe dans un processus de blocage et de repli sur soi. Dans cette chronique d’une surdité annoncée, quel conseil donner ?

« L’acouphène est le phénomène qui fait que j’entends des sons tels que sifflements, bourdonnements, grésillements sans que cela ait un rapport avec mon environnement », écrit le psychothérapeute Jacques Martel. « L’acouphène se retrouve souvent chez des personnes qui vivent un très grand stress de performance. Il apparaît souvent à la suite d’un événement où un choc émotif a été vécu et où le niveau de stress a augmenté d’une façon significative : divorce, perte d’un emploi, cambriolage, etc. J’ai besoin d’être reconnu et qu’on respecte mon identité, mes droits. J’ai cependant peur de perdre mon emploi ou un certain statut social (travail ou vie personnelle) et je ne veux pas y faire face. Je peux parfois avoir de la difficulté à remettre en cause certaines de mes idées et je peux même devenir entêté. Je m’obstine à rester dans une situation insatisfaisante. Je résiste à des changements que je n’ai pas choisis et sur lequel je n’ai pas le contrôle. Je sais inconsciemment  que si rien ne change, il pourra y avoir séparation, aussi bien au niveau personnel qu’en affaires. »

Etre à l’écoute de soi, de ses signaux du corps. Prendre soin de son corps physique, des outils sophistiqués mis au service de ses sens  et qui peuvent, par inadvertance ou par inconscience, dysfonctionner.

 « Lorsque cela m’arrive, je dois prendre le temps de me questionner si j’ai été à l’écoute de ma voix intérieure. C’est comme si je n’étais pas parfaitement syntonisé sur « mon poste de radio intérieur ». Lorsque je syntonise un poste de radio qui est en ondes et qui n’émet pas de musique ou de parole, je peux « entendre le silence ». Par contre, si je déplace le récepteur sur une fréquence où il n’y a pas de poste qui émette, j’entends un grésillement ou du sifflement, comme si j’utilisais un poste à ondes courtes. Y a-t-il des émotions que j’aurais refoulées de crainte de troubler mon équilibre intérieur ? La vie me rappelle ainsi d’être à l’écoute de ma voix intérieure, de mes besoins et de mes désirs. »

« L’acouphénien » s’est déconnecté de ses besoins véritables, de ses résonances intérieures et peu à peu, s’installe dans un mode de vie quasi autistique, dans une situation de dépendance, d’assistanat.

« Je dois me prendre en main afin de diminuer le « niveau de bruit ou les interférences » qui peuvent exister dans mes pensées et dans mes émotions, car le fait d’entendre ces sifflements ou ces bourdonnements m’indique peut-être qu’il y a aussi quelque chose que je ne veux plus entendre et que ces sons empêchent que cela parviennent à mes oreilles. »

Jacques Martel souligne à juste titre que « l’acouphénien » est souvent un hypertendu qui s’ignore, si peu à l’écoute de lui-même qu’il ne peut s’en rendre compte. Alors la tentation est grande de reporter son attention sur le monde extérieur, de le décrypter jusqu’à la maniaquerie plutôt que de décoder son fonctionnement interne. Hypersensible aux bruits du monde extérieur, hypersensible aux bruits péristaltiques de son propre corps, le son est devenu cet ennemi qui vient de l’intérieur.

« L’acouphène m’indique que mon corps est sous tension, écrit Jacques Martel. Cela va tellement vite dans ma tête que j’ai l’impression que « tout va sauter ». Je suis très attentif à tout ce qui se passe autour de moi. Lorsque j’ai de l’acouphène, je me sens souvent loin d’une personne que j’aime. Je me sens séparé d’elle parce que nous avons de la difficulté à communiquer. Le silence vécu me fait peur et m’est insupportable. J’ai besoin d’être rassuré, d’avoir des explications, des paroles gentilles, mais tout cela est inexistant. »

Le rapport à l’autre conflictuel, la communication difficile, voire impossible, au sein du couple, de la relation amoureuse, le besoin de se sentir épauler, d’être en sécurité avec quelqu’un sont, pour Jacques Martel, des « générateurs » potentiels d’acouphènes. La parole gentille qui manque, la relation immature qui la sous-tend, l’infantilisation sentimentale, entraînent une frustration qui s’exprime par le signal continu dans les oreilles de l’acouphène.

« Je me sens ainsi agressé dans cette non-communication, je n’ai d’autre choix que de rentrer dans ma coquille pour me protéger de ce mur de silence. Je vis une certaine dualité : j’ai besoin de solitude, mais seulement lorsque je la choisis et non pas quand elle m’est imposée ou qu’elle survient hors de mon contrôle ! Ce son que j’entends peut aussi me permettre de rester en contact avec une souffrance vécue que je ne veux pas oublier. Ce son ou bruit me permettra-t-il de m’apaiser d’une certaine façon ? C’est ce qui arriverait si je l’entendais réellement dans le physique. Parfois, le silence me renvoie à la notion de mort et, si j’ai peur d’elle, mon cerveau « fait du bruit » pour m’éviter d’y penser. »

L’acouphène est le cri étouffé d’une mort à soi-même qu’on ne veut ou qu’on ne peut pas transformer sans une aide extérieure. Mais le monde des entendants étant par essence un univers hostile, l’acouphénien a tendance à se replier dans sa coquille, dans la cochlée de son oreille interne.

Jacques Martel insiste également sur la nature exacte du bruit auditif entendu. Le désigner, le reconnaître, l’explorer est aussi une façon de mieux l’appréhender. « Il est important que j’identifie exactement ce que j’entends (sifflement, grésillement, bourdonnement, cloches, klaxons, etc.) pour identifier ce que je vis. Il se peut que j’entende les sons suivants : le bruit d’un ruisseau, le rugissement d’un torrent, des cloches, le « sifflement » des abeilles, une seule note de flûte, le son de la cornemuse, le vent dans les arbres, des milliers de violons, un vrombissement profond. »

Ne faut-il pas alors dans le cadre d’une cure de thérapie sonore faire écouter au patient le bruit correspondant à celui de son acouphène (eau, souffle, sifflements, etc.) afin de le « positiver », de rétablir sa véritable nature ?

« Lorsque cela survient, c’est que je suis en contact avec un des sons qui existent sur les plans intérieurs et qui est représentatif d’un plan de conscience en particulier. »

Jacques Martel reprend ici les expériences parapsychiques de Paul Twitchell qui, dans son ouvrage Le carnet de notes spirituelles, décrit les musiques liées aux différents plans de la Création. En effet, si « l’acouphénien » considère son acouphène comme un son naturel, comme un bruit d’eau par exemple, il aura gagné la bataille et sera moins gêné par ce son continu.

« Dans ce cas, je ne fais pas d’acouphène ; il s’agit d’un son naturel. Mon oreille intérieure, spirituelle est davantage ouverte. J’ai à dire merci d’entendre ce son parce qu’il m’indique que je suis en contact plus conscient avec un des mondes intérieurs de la création. Je reste calme et mon attitude est celle de celui qui habite juste à côté d’un ruisseau et qui entend ce son normalement. Le cerveau enregistre ce son comme normal et je me sens à l’aise de fonctionner dans mon quotidien avec ce son naturel. »*

Le « souffrant » d’acouphènes ne sera pas forcément d’accord avec tous les points de l’analyse de Jacques Martel mais il y a dans sa réflexion matière à se remettre en question et à mettre en pratique.**

Philippe Barraqué, musicothérapeute, docteur en musicologie, expert santé

www.stop-acouphenes.fr (la référence en thérapie sonore recommandée par les ORL, par le magazine Top Santé – Dans le Top 10 des meilleures ventes « musicothérapie/relaxation »)

www.sophro-acouphenes.fr (une séance anti-acouphènes à domicile)

Sources : *Le grand dictionnaire des malaises et des maladies, Jacques Martel, éditions Quintessence – **Dites stop à vos acouphènes, Philippe Barraqué, éditions J.Lyon

Acouphènes Solutions – Philippe Barraqué – Tous droits réservés –

Thérapie sonore aux fréquences de vos acouphènes – Philippe Barraqué, musicothérapeute

Je réalise sur mesure un MP3 de thérapie sonore aux fréquences de vos acouphènes.

Vous sélectionnez vos fréquences (jusqu’à 3 par fichier d’une heure) en cliquant sur la vidéo Diagnostic Fréquences Stop Acouphènes et vous me les indiquez sur votre commande ou par mail séparé.

Autre avantage exclusif, vous avez la possibilité de répartir les fréquences en fonction des acouphènes entendus dans chaque oreille. Le fichier est réalisé spécialement pour vous, ce qui est une garantie d’excellence et d’efficacité sans équivalent par rapport aux générateurs de sons et aux programmes automatisés.

Ce MP3 personnalisé à télécharger reproduit  en continu le(s) son(s) de votre ou vos acouphènes associé(s) à des bruits blanc et rose, ainsi qu’à des rythmes cérébraux Alpha/Thêta/Delta favorisant l’habituation et la relaxation profonde (durée 1h).

Prouvée scientifiquement, l’écoute régulière de bruits de masquage associés aux fréquences des acouphènes réduisent leur puissance de façon permanente. Vos acouphènes se feront ainsi plus discrets, ce qui améliorera votre vie au quotidien et la qualité de votre sommeil.

Inclus dans la prestation, bénéficiez par mail de mes conseils en pathologie acouphénique. Qualité de la prestation et qualité du suivi, il vous suffit de cliquer sur le lien du site pour bénéficier de cette prestation qui améliore déjà le quotidien de beaucoup de déficients auditifs. Alors pourquoi pas vous?

www.stop-acouphenes.fr

Philippe Barraqué, musicothérapeute, docteur en musicologie, expert santé

Oreille malade? Signez notre pétition Acouphènes

Les CD Stop Acouphènes sont devenus la référence en thérapie sonore et recommandés par les ORL.

La pétition « Donnez des moyens à la recherche sur les acouphènes » va bientôt atteindre 1600 signatures! Un très bon résultat et la meilleure progression en audience. Un rayonnement tant au niveau des medias et des professionnels de santé qui la relaient et la soutiennent massivement.

Signez-la, vous aussi, partagez-la et participez à cette grande cause. Toutes les personnes atteintes d’acouphènes comptent sur vous.

Voici des témoignages récents de signataires de notre pétition :

  • Sergio L. : ‘Je souffre aussi des acouphènes à cause de la guerre.’
  • Kary L. : ‘C’est une préoccupation et doit être un problème de santé publique.’
  • Jean-Louis G. : ‘Je signe parce que je souffre également d’acouphènes depuis 9 ans, et ils sont de plus en plus agressifs.’
  • Nathalie K. : ‘Je souffre d’acouphènes, de déficience auditive et d’hyperacousie. Et rien n’y fait et c’est le vide scientifique. Inacceptable!’
  • Sonia P. : ‘J’ai une amie qui souffre le martyr’.

Notre pétition est gérée par Change.org qui assure en toute indépendance son suivi et le décomptage exact des signataires. Cliquez sur ce lien : https://www.change.org/p/aux-politiques-et-%C3%A0-tous-les-d%C3%A9cisionnaires-donnez-des-moyens-%C3%A0-la-recherche-sur-les-acouph%C3%A8nes

Philippe Barraqué, créateur de la pétition ‘Donnez des moyens à la recherche sur les acouphènes’, musicothérapeute, expert santé.

www.stop-acouphenes.fr La thérapie sonore conseillée par les ORL

www.sophro-acouphenes.fr Séances de sophrologie à domicile

Mettre des mots (maux) sur l’acouphène – Philippe Barraqué

Acouphène et psychologie

Si vous mettez des mots (maux) sur l’acouphène : c’est un symptôme bénin, ça n’est pas une maladie, tout au plus un dommage collatéral d’un évènement traumatique, d’un dysfonctionnement physique.

L’acouphène, on n’en meurt pas. Du moins pas directement. On n’a pas une épée de Damoclès au-dessus de la tête. Ça n’est pas un cancer.

L’acouphène ne nécessite pas une tierce personne pour vous aider à manger ou à vous vêtir. Il ne vous empêche pas de traverser la rue ou d’accéder à un bâtiment public.

Non, l’acouphène est encombrant, répété dans le cortex à l’infini, mais il se fera oublier un peu si vous le relativisez. Si vous l’ignorez, il vous ignorera.

Philippe Barraqué, musicothérapeute, docteur en musicologie

*Livre Dites stop à vos acouphènes, Philippe Barraqué, éditions J.Lyon (groupe Trédaniel)

Tous droits réservés – Reproduction interdite –

Acouphènes, l’erreur fatale – Philippe Barraqué

Préservez vos cellules ciliées.

Préservez vos cellules ciliées.

Ce qu’il faut combattre pour les plus jeunes d’entre nous, c’est la notion d’invincibilité. Apprendre à respecter son corps, c’est se respecter.

Nous avons un organisme complexe et fragile. L’oreille est particulièrement un organe sensoriel très sophistiqué. On ne peut pas écouter toute la journée de la musique au casque à plein volume et s’étonner après d’avoir des acouphènes.

Se responsabiliser, prendre soin de soi, préserver son corps physique, ce sont des notions qu’on devrait apprendre en priorité dans les collèges, les lycées et les universités.

Après, il est trop tard. On ne refera jamais renaître des cellules ciliées, des fibres nerveuses arrachées. Ce qui est valable pour les acouphènes, l’est de manière générale pour toute situation impliquant la santé.

Une erreur se paye et parfois très chère. Alors apprenons à en faire le moins possible.

Philippe Barraqué, musicothérapeute, docteur en musicologie

http://www.stop-acouphenes.fr


Acouphènes solutions – Philippe Barraqué – Reproduction interdite –

L’acouphène est-il d’origine vaguale? Philippe Barraqué

Implant stimulateur acouphène 

Toujours est-il que de nombreuses recherches scientifiques vont en ce sens. On sait que le nerf vague qui se ramifie profondément dans le corps, notamment sur le trajet des plexus, est responsable de malaise soudain, provoqué généralement par une forte émotion ou un stress intense.

On constate d’ailleurs que le dysfonctionnement du nerf vague entraîne une sécrétion importante d’adrénaline: une hormone des situations extrêmes. La société américaine Micro Transpondeur a donc eu l’idée de concevoir un implant qui stimule le nerf vague, et de lui associer un générateur de sons reproduisant les fréquences voisines de la fréquence acouphénique.

Implant Nerf vague 

De ce fait, la zone cérébrale produisant les signaux auditifs parasites est progressivement neutralisée. Les premiers résultats sont encourageants même si le procédé reste encore  peu ergonomique pour un usage quotidien.
Philippe Barraqué, musicothérapeute, docteur en musicologie
www.stop-acouphenes.fr

Acouphènes solutions – Philippe Barraqué – Tous droits réservés