L’oreille manquante / Philippe Barraqué

L’oreille manquante, déficiente, entend peut-être mieux que l’oreille dite « normale » les bruits subliminaux de la vie, c’est ce que nous suggère Elisabeth Barillé dans son ouvrage « L’oreille d’or » paru aux éditions Grasset.

Pas de victimisation, pas de plainte, pas de revendication, non, un handicap assumé, sublimé, celui d’une oreille manquante du moins dans sa fonction cognitive. Mais pour cette auteure, qui écrit avec un style feutré, chuchoté, sur le ton de la confidence, « l’oreille manquante distingue ce que ma bonne oreille n’entend pas forcément ». Un phénomène somme toute classique pour toute personne qui non seulement assume mais potentialise les « atouts » de sa déficience : la capacité à suppléer un manque par un « plus », qui fera d’elle, et parfois malgré elle, une personne remarquable pour le quidam.

« La surdité est une fidélité définitive, une fidélité à soi-même imposée du dedans, contre les aventures dictatoriales du dehors ». Le handicap impose l’exploration intérieure, enrichit l’être de sensations inédites, d’un imaginaire de substitution qui remplace la fonction corporelle absente. La perception des sons n’est pas la même car l’auteure ne la reçoit que d’un seul côté, de son oreille valide, mais la compensation vient de son « Oreille d’or », de son oreille « subliminale » qui sait décrypter les musiques du silence, les bruissements des âmes et les vies intérieures.

Le livre d’Elisabeth Barillé est assurément un voyage littéraire qui entrouvre les portes d’un monde qui n’est pas celui d’une malentendante mais d’une « bien-entendante » qui sait percevoir nos vies autrement mais sublimement.

Philippe Barraqué, musicothérapeute, musicologue


 

Stop Acouphènes Avis sur YouTube

Depuis la sortie de la méthode Stop Acouphènes™, les avis se sont multipliés sur YouTube notamment. Au fil des années, les CD Stop Acouphènes se sont imposés et les questions ont souvent trouvé des réponses positives. Des ORL les recommandent avec plus de 70% d’amélioration et un taux d’échec de seulement 8%. C’est à vous de vous faire votre opinion avec ces avis d’utilisateurs YouTube*.

Jean-Pierre D. : Bonjour M. Barraqué. Je vous remercie pour la grande qualité de votre travail. Comme je le disais dans mon précédent message, « Fréquence Violette » agit sur mes acouphènes, qu’il s’agisse de crépitements ou de bruit blanc. Est-ce que « Fréquence Violette » a également un effet thérapeutique sur le long terme comme « Fréquence blanche » ? Merci de votre réponse.

  • Philippe Barraqué, auteur de la méthode Stop Acouphènes™ : Tout à fait. Les fréquences blanche et rose sont les basiques à utiliser quotidiennement. La fréquence violette peut être réservée lorsque les acouphènes augmentent en intensité. Toutes ont un effet thérapeutique à long terme. Le CD Sophro Acouphènes apporte une détente mentale, des états modifiés de conscience qui favorisent la libération des blocages psychologiques à l’origine de certaines formes d’acouphènes.

Laurent G. : Bonsoir, Je viens de commander votre CD. Mes acouphènes de l’oreille gauche datent du 6 décembre, sans soute un choc émotionnel ou stress car je n’écoute pas fort la musique, je n’ai pas de perte d’audition, mon scanner est normal. J’attends mon PEA chez mon ORL mardi prochain. Je fais aussi de l’acupuncture chez un médecin. Je souhaite sincèrement que votre CD m’aide ainsi que ma famille à passer ce cap d’acceptation et de les entendre beaucoup moins. Etant hypersensible, très émotif, ça n’arrange rien au problème, qui soit dit en est peut être aussi la cause. J’attends donc votre Cd avec impatience. Je vais tester aussi les fleurs du Dr Bach. Bien à vous.

Jean-Pierre D. : C’est le morceau « Fréquence violette » qui soulage mes acouphènes. Vais-je constater une amélioration en l’écoutant 1 heure tous les jours? J’apprécie beaucoup le CD sur la sophrologie.

  • Philippe Barraqué : La fréquence violette est indiquée dans les crises acouphéniques aiguës. C’est une variante du bruit blanc. La thérapie sonore doit être écoutée quotidiennement. Il faut en général six mois de pratique pour que l’habituation du cortex soit efficace. Mon ouvrage « Dites stop à vos acouphènes » explique en détail ces protocoles, entre autre. (éditions J.Lyon)

Georges M. : Bonjour, je voudrais savoir comment acheter vos CD merci

  • Philippe Barraqué : Sur mon site, sur les sites marchands en ligne ou dans les réseaux distributeurs.

Florence L-R. : Bonjour,  combien de temps faut-il pour constater des résultats et surtout à quel rythme et à quel niveau sonore  mettre le CD pour que cela ne nuise pas au oreilles ( casque ? pas casque ? MP3 ou une une simple radio CD  avec casque ?). Pour le moment, j ‘ écoute votre CD 2 fois 1 h tous les jours( 1 h le matin et 1 h le soir ) avec un petit casque de MP3 et ce depuis 8 mois  . Merci de vous lire. 

Florence L-R. : Je pense sincèrement que votre cd Stop Acouphènes est efficace ! J’ai essayé l’appareillage cela m’a couté 4000 € pour un résultat catastrophique. Je les ai portés 12 à 14 h par jour pendant 8 mois. Résultat comme je n’ai qu’une très faible presbyacousie, les amplificateurs ont fini par me déclencher de l’hyperacousie et des acouphènes en crises  (bravo !!!). Depuis que je ne porte plus ces appareils,  l’hyperacousie a bien changé et les acouphènes me laissent tranquille de plus en plus souvent. Je pense que ces appareils sont faits uniquement quand on a un vrai problème auditif+acouphènes (mes acouphènes sont dans la tête et non dans les oreilles), et maintenant je me retrouve avec des appareils sur les bras super! Merci à vous pour ce que vous faites pour nous car ce n’est pas simple. 

  • Philippe Barraqué : Merci à vous Florence pour votre témoignage. Ce ne sont pas toujours les appareillages coûteux qui sont les plus efficaces et les CD Stop Acouphènes satisfont souvent leurs utilisateurs. En effet, il n’est pas toujours facile d’apporter un soulagement à celles et ceux qui ont des acouphènes ou/et de l’hyperacousie. Croyez bien que je le fais avec sérieux et en conscience, même s’il n’est jamais possible d’obtenir 100% de résultats positifs. Bonne continuation.

Gigi G. : Bonjour à tous, et bien personnellement, j’ai commencé à écouter ce CD depuis deux mois, et je constate une petite amélioration, rien d’exceptionnel, mais c’est déjà mieux. J’écoute surtout le CD avant de m’endormir et je dois dire que c’est le seul bruit blanc qui arrive à camoufler totalement les bruits de mes acouphènes, je m’endors souvent pendant la piste 1, donc c’est parfait. Durant la journée, comme je suis active, je n’y fais pas vraiment attention, les sifflements peuvent être gérés quand on commence à s’en accommoder (il faut faire un travail sur soi-même, et apprendre à accepter ce « problème »). C’est juste une nouvelle façon de vivre avec quelques inconvénients, mais je me dis qu’il y’a tellement pire… En tout cas, je vous remercie Mr Barraqué, car mes nuits sont beaucoup plus douces désormais, et ce grâce à vous. 🙂 Cordialement

Martine K. : Vous pensez que ça marche vraiment? Que ça peut faire partir les acouphènes ou bien les atténuer? J’ai un trauma sonore à cause d’un ventilo d’ordinateur et depuis j’ai un acouphène persistant à l’oreille gauche, j’ai juste un vasodilatateur comme traitement, rien de plus, aucun mieux, ça fait que huit jours que j’ai l’acouphène et j’en ai déjà marre.

Martine K. : Bonjour Monsieur Barraqué, chose promise, chose due, je vous avais dit que je reviendrai vous donnez de mes nouvelles au bout d’un mois après avoir essayé vos CD. Et bien j’apporte de bonnes nouvelles, mes acouphènes ont grandement baissé d’intensité, surtout les aigues insupportables qui se sont fait plus discrets. Je continue tous les jours mes séances, et je suis ravie du progrès effectué. Merci beaucoup !

  • Philippe Barraqué : Merci pour votre témoignage positif et bonne continuation

Vincent C. : J’ai 16 ans et je souffre d’acouphènes depuis hier soir. Le sifflement n’est pas très fort mais dérange fortement le fait de s’endormir. L’acouphène est survenu sans trop de raisons valables, (J’écoute parfois la musique fort mais certes) au moment du coucher (donc dans un environnement calme). J’espère ne plus y faire attention avec le temps, voir ne plus l’entendre du tout. P.S : J’ai eu de nombreuses otites (env. 2 par an depuis mes 3 ans) qui pourrait aussi en être la cause

Cécilia S. : J’ai fait l’acquisition de votre livre Dites stop aux acouphènes sur le site de la fnac. J’écoute le bruit rose pour parvenir à mieux me détendre. Dans votre livre vous expliquez que l’Orl doit effectuer certains examens, et bien les Orl que j’ai consultés ne l’ont jamais fait et ont pour seuls mots : il faut vivre avec.

Balladin : Bonjour, depuis un certain nombre d’années, j’ai des acouphènes supportables mais continus et permanents (aux deux oreilles d’ailleurs à des fréquences légèrement différentes !), avec des intensités variables. Pensez-vous que votre CD puisse diminuer ces acouphènes ?

  • Philippe Barraqué : Oui la thérapie sonore et les CD Stop Acouphènes sont efficaces pour diminuer vos acouphènes. Il faut pour cela les écouter chaque jour et il quelques mois pour obtenir des résultats encourageants. Bien évidemment, il est conseillé de faire un bilan de vos acouphènes auprès d’un ORL compétent.

Jean Maurice : tu es un génie merci.

Michaël M. : Les résultats pour moi sont très positifs. J’ai jeté le Vastarel et toutes ces conneries qui ne m’ont jamais rien apporté à part toujours plus d’angoisse. La fréquence violette me purge littéralement les oreilles. J’ai commencé à écouter aujourd’hui à 17h00. Pendant 15 minutes non-stop. Puis je suis parti faire des petites courses. A mon retour, je cherchais mon acouphène. Je le cherche toujours. Un grand merci.

*Source YouTube. https://youtu.be/vygn0BvSKlg

CD Stop Acouphènes™ : www.stop-acouphenes.fr

©2016. Acouphènes Solutions – Tous droits réservés –

 

 

L’oreille est une Rolls – Philippe Barraqué

 

Ne jamais écouter de la musique au casque toujours au même volume, même faible, c’est une des clés pour ne pas stresser vos oreilles.

  • Variez l’intensité sonore légèrement quand vous écoutez au casque.
  • Attention aux erreurs de réglages du volume qui sont des causes fréquentes de traumatismes sonores.
  • Les boutons de réglages du volume sur le smartphone sont par exemple moins sources d’erreurs que si vous glissez le doigt sur l’écran.

L’oreille est une Rolls, ne la transformez pas en 2CV!

Philippe Barraqué, musicothérapeute, docteur en musicologie, expert santé

Traumatismes sonores, oreilles stressées, acouphènes psychosomatiques, le nouveau CD Neurostimulation Anti Acouphènes(N.A.C.) agit directement sur le cerveau. Révolutionnaire!

http://www.stop-acouphenes.fr

Acouphènes, des conseils trop bien pour l’été – Philippe Barraqué

Fun plageUne teuf entre amis, un évènement Facebook, un cocktail dinatoire, allez-y! Il n’y a pas de raison de se priver du fun de l’été. Simplement, si le son monte tout autant que l’afflux de tapas, mettez vos bouchons dans les oreilles. Cela vous donnera l’occasion d’hurler à vos amis autour de vous « qu’il faut se protéger!!! ».
Le feu d’artifice, allez-y! Mais cette fois-ci soyez préventif et mettez directo vos bouchons d’oreilles fluo (s’ils pouvaient clignoter dans le noir ce serait mieux, mais bon!). A signaler, il existe des protections auditives semi-ouvertes qui vous éviteront d’improviser le langage des signes pour vous faire comprendre. Malentendance ne rime pas avec abstinence, mais parfois avec danse, éclatez-vous!
Une journée « Koh-Lanta », allez-y! Ça n’est pas tous les jours qu’on part en rando, avec sac à dos, pour explorer des territoires inconnus. C’est aussi l’occasion de faire une cure de silence (à renouveler!) et de laisser récupérer ses oreilles tranquillement. Donc, bannissez vos téléphones, MP3 et autres objets technologiques addictifs, et n’y touchez pas, un jour, deux jours, trois jours… Ça va déjà mieux les acouphènes, non? Moral au beau fixe, yes!!!
Soyez fou, parlez à vos oreilles! Quand le soleil de la plage sera au zénith, dites-leur que vous allez les guérir. Des milliers de perles de lumière solaire éclairent votre oreille interne, entourent et purifient votre cochlée, font une séance de cocooning à votre tympan que vous avez maltraité par des niveaux sonores intempestifs et des écoutes au casque non-stop. C’est le moment de vous faire pardonner, de vous excuser pour votre manque d’attention, d’écoute du corps. Dites à vos oreilles que les acouphènes c’est terminé, que vous ferez tout pour y arriver. C’est l’objectif de votre été guérisseur, allez mieux toute l’année!

Philippe Barraqué, musicothérapeute, docteur en musicologie, expert santé

Acouphènes Solutions – Philippe Barraqué – Tous droits réservés –

Mes six conseils pour guérir vos acouphènes – Philippe Barraqué, expert santé

Une séance de sophrologie anti-acouphènes à domicile et toujours disponible

Une séance de sophrologie anti-acouphènes à domicile et toujours disponible

Je vous donne aujourd’hui 6 conseils personnalisés pour venir à bout de vos acouphènes. Ils demandent de la patience, de la persévérance, une foi inébranlable en votre capacité de guérison car vous seul pouvez vous guérir.

1. Ne focalisez pas – Les acouphènes, plus on en parle, plus on focalise dessus, plus ils prennent le contrôle du mental. En résumé, plus on en parle, moins on guérit. Considérez-les comme un signal qui vous invite à grandir, à vous surpasser et vivez encore plus intensément que ceux qui n’ont apparemment aucun problème de cet ordre.

2. Souriez à vos acouphènes – Evitez de vous isoler, de vous condamner d’avance à l’échec avec l’inévitable « je n’y crois pas ». Bannissez les pensées négatives, les forums toxiques des hypocondriaques du son qui tue (!), les comportements addictifs, les tendances à l’agressivité et au repli sur soi. Soyez fort dans l’adversité, accueillez vos acouphènes avec un sourire amusé, ne leur résistez jamais.

3. Passez à l’action – Nombre de personnes atteintes d’acouphènes sont sous la domination de l’anxiété et de l’inquiétude. Le meilleur moyen de s’en libérer, passez à l’action. Commencez un nouveau traitement, centrez-vous sur un nouveau projet, agissez! Vous verrez que non seulement les peurs s’évacueront mais que les acouphènes diminueront.

4. Pratiquez la thérapie sonique – Six mois à raison d’un minimum d’une heure par jour, c’est la clé d’une amélioration de la majorité des acouphènes avec une thérapie sonore validée par un spécialiste. Pour renforcer le traitement sonique, un suivi avec un psy est indispensable et une phytothérapie sédative. Privilégiez aussi la relaxation, la méditation, la respiration profonde, la cohérence cardiaque, les médecines douces.

5. Trouvez la solution la mieux adaptée – L’acouphène étant un symptôme multiforme, à chaque type de bruit auditif sa solution. Pour les traumatismes sonores graves, l’appareillage auditif associé à un générateur de bruit blanc est à privilégier. Pour les acouphènes dont la cause n’est pas identifiée, il faut procéder par élimination avec en priorité 2 consultations : ostéopathie et stomatologie. La plupart des acouphènes surgissent sur un terrain psychosomatique « miné », suite à un choc émotionnel, un burn out, une dépression: les thérapies comportementales cognitives, la thérapie sonore, la sophrologie, l’hypnose, l’EMDR, la psychanalyse, la psychologie sont préconisés. Vous voyez qu’il y en a des solutions!

6. Faites de la sophrologie chez vous – L’intérêt de la sophrologie et du CD Sophro Acouphènes est de disposer d’un support thérapeutique pour faire une séance à la maison quand on veut. Cette sophrologie anti acouphènes que j’ai développée sur la base des recherches actuelles en TCC (thérapies cognitives et comportementales), n’est pas qu’une simple induction en état de relaxation profonde, mais bien une activation de son guérisseur intérieur, un autre rapport au temps, à la réalité, afin de replacer les acouphènes dans un processus mental réversible. Les gérer, les atténuer, leur accorder moins d’attention, moins d’analyse mentale qui les entretient, est la clé d’un mieux-être auditif.

Philippe Barraqué, musicothérapeute, docteur en musicologie, expert santé


CD de thérapie sonore : Stop Acouphènes – CD de sophrologie anti-acouphènes : Sophro Acouphènes

Acouphènes Solutions – Philippe Barraqué – Tous droits réservés


 

Pétition acouphènes a atteint les 1700 signatures – Philippe Barraqué

Je voulais partager avec vous une très bonne nouvelle puisque notre pétition a atteint, grâce à votre soutien, les 1700 signatures. Il faut encore intensifier nos efforts et la diffuser autour de vous, aux élus locaux que vous connaissez, aux médecins et aux medias également.
Il est bon aussi de rappeler que notre jeune pétition est la seule à connaître une audience en constante progression. Elle offre toutes les garanties d’éthique et d’intégrité du site indépendant Change.org.
Nombre de chercheurs tant en France qu’à l’étranger nous apportent leur soutien indéfectible et les medias sont de plus en plus en recherche de témoignages souvent poignants de personnes qui vivent très difficilement les acouphènes et l’hyperacousie. C’est ainsi qu’on peut espérer à moyen terme des avancées significatives dans la prise en charge thérapeutique de ces bruits auditifs, mal de notre siècle hyper technologique qui touche en premier les plus jeunes.
Philippe Barraqué, musicothérapeute, expert santé, organisateur de la pétition « Donnez des moyens à la recherche sur les acouphènes »

http://www.stop-acouphenes.fr

Pour signer la pétition « Donnez des moyens à la recherche sur les acouphènes, suivez ce lien : https://www.change.org/p/aux-politiques-et-%C3%A0-tous-les-d%C3%A9cisionnaires-donnez-des-moyens-%C3%A0-la-recherche-sur-les-acouph%C3%A8nes

Le MP3 et le casque audio risquent de vous rendre sourd – Philippe Barraqué

Dès 2012, je mettais en garde contre les effets dangereux de la musique compressée au format MP3, écoutée au volume maximum avec un casque audio. Les autorités médicales et les pouvoirs publics semblent enfin en prendre conscience car si les discothèques respectent les normes autorisées en décibels, c’est à chacun de prendre conscience que l’oreille est un instrument fragile et destructible de façon irréversible. Pourquoi le MP3 détruit votre oreille et manipule votre cortex auditif, voici les explications.

‘Si la nature a doté l’oreille d’un filtrage naturel avec un pavillon ouvert sur les résonances qui lui parviennent du monde extérieur, ce n’est pas pour la boucher avec quelques centimètres de plastique et de composants électroniques ! A bannir, les oreillettes fournies avec le baladeur ou le téléphone portable au profit d’un bon casque ou d’une station d’écoute.

Mais s’acheter un casque de qualité ne règle pas tous les problèmes liés au MP3. Examinons de plus près ce format de compression des données audio MPEG layer3 – son nom de code complet. Est-il si neutre que cela pour vos oreilles ?

Rappelons que les CD dits « physiques » sont enregistrés au format numérique WAV, ce qui a l’avantage de restituer la source sonore sans aucune perte mais le désavantage de générer beaucoup de mégaoctets. Télécharger ce type de fichier se révèle fastidieux car il occupe trop de mémoire et met trop de temps à s’enregistrer sur l’ordinateur, le téléphone portable ou le baladeur.

Avec le MP3, une minute d’un CD audio en 16 bits stéréo ne prend qu’un petit mégaoctet : très intéressant pour l’utilisateur qui téléchargera un maximum de titres dans un minimum d’espace et pour les producteurs et distributeurs qui en vendront plus et plus vite, sans que l’utilisateur ne sache toujours vraiment ce qu’il écoute !

Seulement, le format de compression MP3 n’a pas que des avantages. Son principe consiste à retirer les fréquences que l’oreille n’est pas capable de discerner, non qu’elles soient toujours inaudibles mais considérées comme faibles, et noyées de ce fait dans la masse sonore.

Toute la vie interne des sons est ici réduite à l’essentiel : le MP3 ne conserve que les sons « évidents », au premier plan, et supprime les autres. C’est un procédé de compression destructive.

Cette perte d’informations n’est pas ressentie par l’auditeur mais bien par le cortex auditif qui est configuré pour analyser toutes les fréquences perçues, les plus faibles constituant des « respirations », des micro-temps de repos où il peut se régénérer. L’écoute prolongée de musiques compressées au format MP3 a pour conséquence de le saturer et de générer des signaux acouphéniques.

Avec le MP3, la loi des sons les plus forts domine au détriment de ceux qui constituent la densité subtile de toute musique : une multitude de micro-événements vibratoires passés sous silence. Ainsi, plusieurs astuces de codifications du MP3 ne sont pas sans conséquence sur  votre audition :

  1. Lorsqu’il rencontre des difficultés à encoder un passage musical qui risque de perdre en qualité sonore, le MP3 se sert d’une réserve de bytes* supplémentaires prélevés sur d’autres passages de l’œuvre restituée. Ces variantes de compression répétées sur plusieurs heures d’écoute contribuent à la saturation de l’oreille et du cortex auditif.

*Le byte ou l’octet est l’unité de mémoire de l’informatique.

  1. La méthode du joint stéréo consiste à utiliser les fréquences basses que l’oreille humaine est incapable de localiser. En enregistrant certaines de ses fréquences en mono, elle simule un effet de spatialisation stéréo lorsque vous écoutez de la musique. L’exposition à ces fréquences redondantes et leurs effets sur l’oreille interne ne sont pas à sous-estimer.
  2. La technique de l’algorithme Huffman fait gagner jusqu’à 20% d’espace mémoire en moins en créant des codes de longueur variables, plus longs pour les codes numériques des sons peu usités, plus courts pour les sons qui se répètent. Mais à part quelques mégaoctets de moins sur votre disque dur, ces algorithmes ne vous apportent rien au niveau musical et encombrent vos neurones.

Face à ces traitements numériques des sons, l’auditeur est en droit de s’interroger sur la somme d’informations et de stimulations diverses que son cortex auditif doit analyser pour le simple plaisir d’écouter une musique et sur les effets à long terme de ce parasitage permanent sur ses facultés sensorielles’*

Philippe Barraqué, musicothérapeute, musicologue, expert santé

*Extrait de l’ouvrage « Dites stop à vos acouphènes », Philippe Barraqué, éditions J.Lyon, 2012

– Pour se le procurer dès maintenant : cliquez ici

Acouphènes Solutions – Philippe Barraqué – Tous droits réservés – Reproduction interdite – www.stop-acouphenes.fr