Déconditionnez vos acouphènes avec la TRT

La thérapie acoustique d’habituation, associe l’utilisation de générateurs de bruits acoustiques à une prise en charge psychologique du patient acouphénique.

De quoi s’agit-il?

Appelée également TRT (Tinnitus Retraining Therapy), cette thérapie est issue des travaux des Dr Jonathan Hazell et Pawel Jastreboff. Elle consiste à « apprendre à désapprendre » l’acouphène en réduisant progressivement son impact négatif et prégnant.

Comment ça marche?

Ce processus de réentraînement de l’acouphène est basé sur quatre actions qui auront des effets sur la diminution des bruits auditifs après 12 à 18 mois de traitement :

• Positiver l’acouphène pour réduire son aura négative.
• Ecouter des bruits acoustiques (blanc, rose…) intensivement (6h/j) pour le neutraliser.
• Corriger la perte auditive associée.
• Recourir aux thérapies cognitives et comportementales pour gérer l’émotionnel.

Pour quels résultats?

Il est conseillé d’écouter le bruit blanc à un niveau sonore qui se mixe bien avec l’acouphène qui doit rester audible. En cas d’hyperacousie associée, il est préférable de commencer par un volume faible.
Ce processus de déconditionnement de l’acouphène demande de la patience et de la ténacité mais 70 à 85% des patients qui en ont bénéficié, disent être moins gênés par leurs bruits auditifs.

Se procurer les bruits neuro acoustiques : bruit blanc | bruit rose | bruit brown

Lire le livre Dites stop à vos acouphènes – Toutes les thérapies anti acouphènes


©2020 Acouphènes Solutions | Philippe Barraqué | Tous droits réservés

L’hypnose pour les acouphènes sévères

Dites stop à vos acouphènes 2019 (3)

L’hypnose est particulièrement recommandée pour des pathologies acouphéniques sévères, des patients qui sont souvent entrés en résistance contre toute forme de thérapie.

Ces patients n’y croient plus et leur rencontre avec un hypnothérapeute peut souvent casser ce processus autodestructeur. Il doit pour cela utiliser les propres mots souvent négatifs de la personne traitée pour qu’elle puisse se sentir comprise et que sa souffrance soit prise en compte. Par exemple, il ne lui promet pas « qu’elle ressortira de la séance d’hypnose sans acouphènes mais qu’ils vont bientôt s’atténuer ». Cette mise en confiance est un préalable à la séance, une acceptation indispensable pour lâcher prise.

Analyser les signaux idéomoteurs

L’hypnothérapeute analyse particulièrement les signaux idéomoteurs, c’est-à-dire les mouvements inconscients que la personne traitée fait durant leurs échanges. Ces signaux sont parfois en contradiction avec les propos tenus par le patient et sont considérés comme des commentaires non verbaux à ce qu’il exprime : clignement des yeux, contractions musculaires au niveau du masque facial, déglutition, froncement des sourcils, humidification des lèvres, mouvements de la tête et du corps, etc.

Favoriser les changements de comportement

Durant la transe hypnotique, la voix du patient change, elle semble lointaine et monocorde, parfois enfantine. Cette phase de régression permet bien souvent d’identifier des traumatismes anciens qui remontent à l’enfance et qui invite le patient à se poser des questions, à chercher une guidance pour retrouver ses repères.
L’une des techniques les plus usitées en hypnose clinique est la directive implicite.
C’est un outil puissant facilitant la mise en place d’un état intérieur intense d’apprentissage. Le patient intègre durant la transe une série de réponses automatiques et comportementales qui sont le plus souvent oubliées après la séance.

Cet outil favorise les changements de comportements et la mise en place de nouveaux modes de fonctionnement internes pour le patient acouphénique qui modifieront sa perception des bruits auditifs et sa relation aux autres.*

*Philippe Barraqué, Dites stop à vos acouphènes (nouvelle édition revue et augmentée), Guy Trédaniel éditeur

Pratiquer vous-même votre séance d’autohypnose avec le CD Stop Acouphènes Tome2


C2019. Acouphènes Solutions – Tous droits réservés

5 Astuces pour se débarrasser des acouphènes|publié par Medisite

acoupheneswoman1‘Bruits auditifs particulièrement gênants pour la personne qui en souffre, les acouphènes peuvent faire suite à un traumatisme sonore ou à un choc psychologique. Lorsqu’ils sont installés, c’est souvent le cumul de plusieurs thérapies qui permet de les atténuer. Le point sur les solutions avec le Dr. Philippe Barraqué.’ 

Lire l’article complet publié par Pauline Capmas-Delarue, journaliste santé, Medisite.


Acouphènes Solutions | Tous droits réservés | http://www.stop-acouphenes.fr

 

Dites stop à vos acouphènes|édition 2019 |le teaser YouTube

 

Philippe Barraqué, thérapeute et spécialiste en acouphénologie, présente la nouvelle édition revue et augmentée de son livre « Dites stop à vos acouphènes », paru aux éditions Guy Trédaniel. Vous y trouverez toutes les thérapies efficaces pour venir à bout de vos acouphènes ainsi qu’un CD de thérapie sonique fréquentielle pour les déprogrammer progressivement.

ACHETEZ MAINTENANT

Posez vos questions à Philippe Barraqué par mail


©2019 | Acouphènes solutions | Tous droits réservés | http://www.stop-acouphenes.fr

Transurfing et acouphènes, tout savoir sur la thérapie quantique

7359967Vous voulez tout savoir sur le Transurfing et la thérapie quantique ? Elle peut traiter vos acouphènes en modifiant vos modes de pensée, de comportement, d’agissement. Philippe Barraqué, musicothérapeute et chercheur, vous explique tout.

Toute maladie chronique oblige à se remettre en question, à faire preuve d’audace, d’ouverture. Parmi les plus récentes techniques de développement personnel, le Transurfing, créé en 2005 par le physicien quantique russe Vadim Zeland, vous apprend que la réalité est contrôlable, que dans votre existence, il n’y a pas d’objectif à atteindre puisqu’il se réalise de lui-même.

La technique du Transurfing est construite sur le modèle quantique, c’est-à-dire sur le principe que tant qu’un observateur n’observe pas, n’analyse pas tel ou tel objet, celui-ci se trouve simultanément dans tous les endroits à la fois. En vous permettant de vous dégager de vos limites, de vos stéréotypes, le Transurfing agit sur votre perception de la réalité et modifie de ce fait votre rapport au monde extérieur, votre façon de le percevoir et d’agir de façon à obtenir ce que vous voulez.

Pour l’appliquer à vos acouphènes, tant qu’ils ne mobilisent pas votre attention, ils restent dans un « espace de variantes », selon l’expression du Transurfing, là et ailleurs, sans aucune interaction avec vous. Mais en les mesurant, vous créez un seul objet « acouphènes » qui a toutes les apparences de la réalité mais qui n’est, en fait, que le reflet de votre propre conscience. Vous détruisez tous les autres potentiels pour n’imposer que votre version du réel.

  • 5 Phrases clés du Transurfing pour positiver vos acouphènes
    Voici cinq phrases-clés du Transurfing pour mieux vivre vos acouphènes :
    « Si, activement, vous ne voulez pas de quelque chose, celle-ci arrive dans votre vie. »
    « Vos pensées vous reviennent toujours comme un boomerang. »
    « En refusant de contrôler, vous prenez le vrai contrôle de la situation. »
    « N’accordez pas de signification excessive à quoi que ce soit. »
    « Renoncer à l’intention d’obtenir et remplacez-la par l’intention de donner. Au final, vous obtiendrez ce à quoi vous avez renoncé. »

Dites stop à vos acouphènes 2019 (3) Retrouvez l’article complet et 319 pages de techniques de pointe et de thérapies efficaces pour venir à bout de vos acouphènes dans le livre ‘Dites stop à vos acouphènes’ de Philippe Barraqué, Guy Trédaniel éditeur. Nouvelle édition 2019 + CD de thérapie sonore offert : disponible maintenant.


©2019. Acouphènes Solutions | Philippe Barraqué | Tous droits réservés

Dites stop à vos acouphènes | sa nouvelle édition vient de paraître

Dites stop à vos acouphènes 2019 cover (2)

Depuis sa sortie en 2012, le livre Dites stop à vos acouphènes du musicologue et musicothérapeute Philippe Barraqué a caracolé en tête des ventes. La nouvelle édition de cet ouvrage devenu une référence vient de sortir dans une version revue et augmentée (319 pages + CD de thérapie sonore offert).

Vous trouverez dans ce livre toutes les thérapies et les techniques de pointe pour venir à bout de vos acouphènes et de votre hypersensibilité au bruit : aromathérapie, biofeedback, cohérence cardiaque, digitopuncture, EMDR, hypnose, médecine chinoise, méditation, neurostimulation corticale, phytothérapie, sophrologie, yoga de l’oreille et bien d’autres.

Le plus large éventail de techniques de bien-être et d’auto-guérison pour soulager efficacement vos acouphènes.

Le CD (durée: 1h)contient des bruits thérapeutiques (blanc, rose, brown, violet, bleu et gris), ainsi que des rythmes cérébraux (Alpha/Thêta) spécialement conçus pour masquer, atténuer et déprogrammer les acouphènes, mais aussi améliorer votre audition.

Se le procurer dès maintenant en 1 seul clic


C2019 – Acouphènes Solutions – http://www.stop-acouphenes.fr | Tous droits réservés |

Misophonie, lisez l’article de Marie Claire

femme-bruit-misophoneMisophonie, ces petits bruits qui nous rendent fous! Bruits de mastication, raclements de gorge, crissements de craie sur un tableau: certains sons, anodins pour certains, vous gâchent la vie au quotidien? Vous êtes peut-être misophone.

“Quand mon coloc se met à manger dans la même pièce que moi, j’ai souvent envie de le mettre en mode silencieux. Bouchons d’oreille, musique j’ai tout essayé et désormais, je préfère quitter la pièce dans laquelle il mange, car je peux devenir extrêmement désagréable sans trop savoir d’où ça vient”, explique Capucine¹, 23 ans, étudiante en sciences politiques. Capucine n’est pas hypocondriaque. Elle est misophone.

La misophonie ou l’intolérance aux petits bruits
Ce curieux trouble psychique – que l’on peut traduire littéralement par « haine du son » – est décrit par Othman Sentissi El Idrissi², psychiatre aux Hôpitaux Universitaires de Genève, comme “un état chronique caractérisé par l’aversion envers certains bruits et sons.” Encore méconnu et rarement diagnostiqué, il n’a été identifié qu’en 1997 par l’audiologiste américaine Marsha Johnson. Pourtant, comme l’explique le psychiatre: “La misophonie est bien plus fréquente qu’on ne le croit et peut même avoir de lourdes répercussions psychiques et physiques”, confirme-t-il.
Du dégoût à l’anxiété, en passant par la colère, les bruits de bouche, les sons gutturaux ou nasaux, mais aussi les craies, les cliquetis de stylo ou les touches d’un clavier d’ordinateur peuvent déclencher des réactions épidermiques. “Vous n’êtes pas bizarre, ni différent”, rassure Othman Sentissi El Idrissi. “La misophonie est un trouble réel”, insiste-t-il.
“Quand on n’est pas misophone, il est impossible de comprendre ce qui peut provoquer de telles réactions”, regrette Juliette, 24 ans, en service civique dans le domaine culturel, qui vit “un enfer au quotidien”. Et pour cause, ce trouble est extrêmement compliqué à appréhender, comme l’explique Philippe Barraqué³, musicothérapeute spécialiste de l’hyperacousie: “ elle est à la croisée de plusieurs disciplines scientifiques et médicales”. “Elle touche aussi bien à l’audition, qu’à la neurologie, la psychologie et la psychiatrie”, précise ainsi Othman Sentissi El Idrissi.

Un trouble qui remonte souvent à l’enfance
“Depuis toujours, toutes sortes de bruits de mastication, de reniflement, de raclement de gorge me mettent mal à l’aise. Plus jeune, à la maison, j’avais l’impression d’être un vrai tyran domestique. C’est devenu une private joke dans la famille”, s’amuse Martin1, 29 ans, commercial dans une agence de communication qui se reconnaît parfaitement dans le phénomène de misophonie. Un ancrage dans l’enfance que partage également Juliette. “Je devais avoir 10 ou 11 ans et je ne supportais pas les bruits de mastication, de claquement de dents ou même de respiration qui m’entouraient. Ça me mettait hors de moi. Avec le temps, ça n’a fait qu’empirer”, se souvient-elle.
Philippe Barraqué le confirme: “la misophonie peut apparaître assez tôt et se développe au cours de l’enfance et de l’adolescence. Elle relève souvent d’une souffrance psychologique, voire d’un microtraumatisme dont les personnes n’ont pas toujours conscience”, précise-t-il. Mais ce phénomène pourrait aussi être lié à des problèmes de transmission neuronale. “Pour le moment, il ne s’agit que d’hypothèses”, précise Othman Sentissi El Idrissi. Il s’agirait d’un dysfonctionnement au niveau de la connexion entre le son et l’émotion: “Notre cerveau associe automatiquement certains sons à des émotions négatives”, explique le psychiatre.

Des symptômes qui régissent notre vie sociale
Le problème avec la misophonie, c’est qu’elle peut devenir une barrière dans notre vie sociale. Ainsi Martin par exemple, a de plus en plus de mal à dormir avec sa copine. “Je ne supporte plus l’entendre respirer en dormant. Ce n’est pas une raison pour redevenir célibataire, mais j’y pense, parfois”, confie-t-il, pensif. Au bureau aussi, sa misophonie interfère dans ses relations. “Dans l’open space, j’ai un collègue qui a tendance à marteler sur les touches de son clavier. C’est insupportable. Ça réveille en moi une forme d’animosité qui me dépasse. Parfois j’ai presque des pulsions de violence à son égard”, témoigne-t-il.
Sophie, 21 ans, étudiante en littérature, voue un véritable dégoût aux bruits de bouche. “Le reniflement et la mastication, m’écœurent et me mettent mal à l’aise. J’ai la mâchoire qui se crispe et l’impression que mes dents se mettent à grincer” décrit-elle. Face à ces bruits, Juliette peut également devenir irritable. “Intérieurement, je me mets à bouillir. J’ai du mal à me contrôler. Pourtant, je suis quelqu’un de très pacifique. C’est pénible car je dois lutter constamment pour rester aimable avec ces personnes qui m’insupportent contre leur gré”.
Des comportements qui pourraient être accentués par la pollution sonore de plus en plus présente dans notre quotidien. Philippe Barraqué parle même d’un “véritable phénomène de société qui traduit l’hyperactivité et les conséquences néfastes de l’utilisation intensive des technologies. » Selon lui, les espaces de coworking et les open space engendreraient l’explosion des comportements névrotiques: « On a moins de moments pour soi, moins de repères » explique-t-il.

Une intolérance culpabilisatrice
“Lorsque je prends le petit-déjeuner avec ma sœur, je la harcèle pour qu’elle fasse le moins de bruit possible. Ce à quoi elle répond qu’il faut bien qu’elle mange. Cela donne lieu régulièrement à des disputes sans queue ni tête. Nous sommes impuissantes toutes les deux”, raconte Juliette. Un sentiment que partage Sophie: “on s’est toujours moqué de moi par rapport à ces blocages. Personne ne me prend au sérieux”. Martin, quant à lui, parle d’un syndrome Docteur Jekyll et Mister Hide. “Parfois, j’ai vraiment l’impression d’être une mauvaise personne. Pourtant je suis un bisounours dans la vie de tous les jours”.
Pour les spécialistes, il est important de considérer ces gênes sonores comme étant bien réelles. Même si on ne les comprend pas toujours. “Il n’est pas question de culpabiliser les personnes intolérantes aux sons”, explique Philippe Barraqué. “Leur souffrance psychologique est bien réelle et il ne faut pas la négliger. Même constat pour Magali Getrey, musicothérapeute, pour qui ces phobies “stigmatisent les personnes plus qu’on ne le croit, mais génèrent surtout beaucoup de culpabilité et peuvent être réellement handicapantes dans la vie personnelle et professionnelle. « Si elles ne sont pas traitées, ces intolérances peuvent parfois dégénérer en petites névroses qui nous isolent et nous désocialisent peu à peu”, rappelle-t-elle.

La misophonie, ça se soigne ?
Si le trouble n’est pas grave en soi, il peut prendre des proportions importantes. Du coup, généralement, les misophones mettent au point des techniques pour s’absoudre des bruits environnants. “J’ai développé tout un panel de stratégies d’évitements. J’ai des boules quies en permanence sur moi », reconnaît Martin, qui avoue aussi s’inventer régulièrement des déjeuners professionnels pour pouvoir manger seul. Juliette de son côté ne jure que par ses écouteurs. “Au bureau, si ma collègue se met à grignoter à côté de moi, je lance la musique à fond”, explique-t-elle.
Mais ces stratégies toutes plus farfelues les unes que les autres ne sont pas une solution sur le long terme. Comme le précise Philippe Barraqué, “la fuite et la protection ne font qu’engendrer davantage de difficultés”. Il faut se saisir du problème: “quelque part, on est tous un peu misophones. Mais quand le phénomène devient handicapant socialement et qu’on en souffre, il faut agir”, insiste Othman Sentissi El Idrissi. Si les symptômes persistent, “pensez d’abord à consulter un ORL pour écarter les problèmes d’acouphènes ou d’hyperacousie”, préconise-t-il en rappelant qu’il n’existe pas de solution médicamenteuse, excepté si la misophonie est associée à une pathologie plus sévère.
A noter que la méditation, la relaxation et la pleine conscience peuvent également être salvatrices. Sauf si le petit bruit qui vous agace vous, est celui du bol tibétain.

Article de Manon Duran, publié le 01/03/2019 dans Marie Claire
www.stop-acouphenes.fr |la référence en thérapie sonore|


1. Tous les prénoms ont été modifiés pour préserver l’anonymat des témoins.
2. Othman Sentissi El Idrissi, psychiatre aux Hôpitaux Universitaires de Genève.
3. Philippe Barraqué, musicothérapeute spécialisé dans l’hyperacousie, à l’initiative du site stop acouphènes et auteur de l’ouvrage “Dites stop à vos acouphènes” paru aux éditions J.Lyon en mars 2012 (nouvelle édition revue et augmentée, mars 2019)
4. Magali Getrey, musicothérapeute.


Acouphènes solutions | Philippe Barraqué | Tous droits réservés

 

Choc auditif, stress, médicaments, qu’est-ce qui provoque des acouphènes?

Si l’acouphène objectif est clairement identifiable médicalement, les phénomènes déclencheurs de l’acouphène subjectif ou neurosensoriel, c’est à dire qui n’est entendu que par la personne atteinte, sont souvent difficiles à déterminer. Les causes sont nombreuses. On fait le point ensemble. 

L’origine traumatique  de l’acouphène neurosensoriel est la plus courante (accident, choc sonore, chute, dépressurisation en avion, écoute musicale à fort volume) mais souvent amplifiée par le terrain psychosomatique (anxiété, choc psychique, colère, dépression, émotivité, hyperactivité, nervosité, problèmes d’expression et de communication, psychorigidité, stress intense, troubles obsessionnels compulsifs).
Mais il existe bien d’autres causes qui sont susceptibles de provoquer des acouphènes, le plus souvent sur un terrain fragilisé : stress, dépression, addictions, problèmes de santé. A vous de prendre votre santé en main, de modifier vos habitudes alimentaires, de lire les étiquettes des médicaments, entre autre. Maintenant c’est à vous de déterminer la cause parmi cette liste non exhaustive et d’essayer d’y remédier :

  • les addictions (alcool, drogue, jeux vidéo, tabac),
  • les additifs et colorants alimentaires, les sulfites, le glutamate
  • les carences vitaminiques et en oligo-éléments (B12, magnésium, zinc),
  • les effets indésirables de certains actes médicaux (accouchement, anesthésie, extraction dentaire, manipulations vertébrales, IRM, radiothérapie),
  • les excès nutritionnels (boissons toniques, glutamate, gluten, lactose, sel, viande),
  • les effets secondaires et les interactions des médicaments (antibiotiques, anti-inflammatoires, antipaludéens, aspirine, barbituriques, chimiothérapie, codéine, diurétiques, hormonothérapie, ibuprofène, quinine, vasodilatateurs),
  • les intoxications aux engrais et aux pesticides,
  • les intoxications aux métaux lourds (amalgames dentaires, eau du robinet, pansements gastriques, tabagisme, vaccins),
  • les pollutions ambiantes et technologiques (antennes relais, champs électromagnétiques, gaz d’échappement, infrasons, micro-ondes, ordinateurs,
  • produits chimiques, téléphones portables, transformateurs)*

Il ne vous reste plus qu’à trouver la cause de vos acouphènes, promis?

Philippe Barraqué, musicothérapeute, musicologue, créateur des méthodes Stop Acouphènes et Neurostimulation anti acouphènes.

*Extrait du livre Dites à vos acouphènes, Philippe Barraqué, Guy Trédaniel éditeur


Thérapie sonore anti acouphènes, la méthode de référence recommandée par des ORL : www.stop-acouphenes.fr


Acouphènes Solutions – Philippe Barraqué – Tous droits réservés

Thérapie sonore anti acouphènes | Philippe Barraqué | à lire dans Marie Claire de mai

Copie de couv jumeaux 2004  

Le magazine Marie Claire de mai consacre un article aux acouphènes et notamment à la thérapie sonore anti acouphènes développée par le musicothérapeute français Philippe Barraqué. Extrait choisi.

Des thérapies sonores pour masquer les acouphènes
Le principe consiste à reprogrammer l’aire auditive du cerveau pour qu’il ne prête plus attention à l’acouphène. Cette rééducation auditive passe par l’écoute de bruits colorés – des bruits blancs et des bruits roses – qui filtrent les bruits indésirables et réduisent ainsi leur perception. « Des études scientifiques ont montré que les bruits blancs – perçus comme un souffle continu – ont une action réelle de désensibilisation aux acouphènes, note le musicothérapeute Philippe Barraqué, auteur de Dites stop à vos acouphènes (éd. J. Lyon). Les bruits roses – proches d’un bruit d’eau – rétablissent quant à eux le confort auditif en enrobant et en couvrant progressivement les sifflements et bourdonnements ». Pour une efficacité optimale, mieux vaut les écouter en alternance, un jour sur deux.
Il existe aujourd’hui des appareils auditifs conçus pour les personnes acouphéniques qui génèrent des bruits blancs ou roses destinés à masquer les acouphènes.

  • Article complet de Sylvia Vaisman « Bourdonnement, sifflement… Quand les acouphènes nous gâchent la vie » paru dans Marie Claire de mai 2018 à lire ICI

  • La méthode de thérapie sonore de Philippe Barraqué, musicothérapeute, recommandée par des ORL : CD Stop Acouphènes – Livre Dites stop à vos acouphènes : www.stop-acouphenes.fr

c.2018 – Acouphènes Solutions – Tous droits réservés

Les gènes de l’audition en question – Philippe Barraqué

trithérapie anti-acouphènes

Acouphènes Solutions

Chaque année, des professionnels de santé et des associations nous rebattent les oreilles avec les problèmes auditifs, et particulièrement les acouphènes. Des enquêtes sont faites, beaucoup de budgets de communication sont dépensés, mais sans amélioration pour le quotidien des malades. Mais au fait, y a-t-il des gènes qui « manipulent » notre oreille au point de la faire disjoncter? Le musicothérapeute français Philippe Barraqué répond à ces questions.

Acouphènes Solutions : A-t-on localisé les gènes responsables de l’audition ?

  • Philippe Barraqué : Oui, ils ont été localisés depuis une vingtaine d’années et sont au nombre d’une centaine. C’est dire l’importance de l’audition dans nos mécanismes psychosensoriels et moteurs.

A.S. : Ces gènes sont-ils responsables des maladies du système auditif?

  • P.B. : Il est certain qu’ils jouent un rôle dans la survenue de beaucoup de ces maladies, particulièrement dans les cas de surdité précoce ou de déficiences auditives innées. L’Université Rockefeller a ainsi identifié 39 types de surdité dont le caractère dominant est la transmission génétique.

A.S. : Croyez-vous que ces gènes puissent jouer un rôle dans les acouphènes?

  • P.B. : L’acouphène est un symptôme dont les causes sont multiples. C’est la difficulté actuelle de poser un diagnostic et d’établir un protocole thérapeutique de confort pour chaque cas. Le rôle des gènes dans ce trouble auditif n’est pas établi par la science, même si les traitements par la thérapie génique sont prometteurs, surtout pour les surdités profondes. Les acouphènes sont majoritairement dus à des écoutes dites « à risque » chez les jeunes qui stressent leurs oreilles en écoutant des musiques à très fort volume sonore. Ils font partie également des dommages collatéraux de beaucoup de maladies et des effets indésirables de leurs traitements médicamenteux.

A.S. : Y-a-t-il des solutions pour venir à bout des acouphènes ou tout du moins pour les rendre supportables?

  • P.B. : Ce qui pose problème c’est ce son continu qui pollue la vie de tous les jours, une sorte de « son fantôme » que le cortex auditif reproduit comme un « message d’erreur ». En effet, certaines cellules de l’oreille interne libèrent des neurotransmetteurs qui transmettent le signal sonore jusqu’au cerveau. Pour agir dessus, il y a les thérapies d’habituation qui ont une action sur la plasticité cérébrale comme la thérapie sonore, les thérapies comportementales et cognitives. La sophrologie et l’hypnose donnent des résultats encourageants. En dernier recours, l’appareillage auditif avec un générateur de bruit blanc.

A.S. : Comment faire connaître les dangers qui menacent notre audition auprès du grand public?

  • P.B. : D’abord, il faudrait faire de la prévention en milieu scolaire en sensibilisant les jeunes au fait que l’oreille est un organe complexe et fragile. Rendez-vous compte que la cochlée, dans l’oreille interne, est constituée de 17000 cellules ciliées réparties sur quelques millimètres pour recevoir et sélectionner toutes les fréquences entre 20Hz et 20000 Hz! Lorsqu’elles sont endommagées par un traumatisme sonore, c’est bien souvent irrémédiable car elles ne s’auto réparent pas. Ce sont les cellules ciliées captant les fréquences aigues qui sont en première ligne car elles se trouvent à la base du clavier cochléaire. C’est pour cela que la fréquence la plus courante d’un acouphène est autour de 4000 Hz.

Philippe Barraqué, musicologue, musicothérapeute, expert santé



2018. Acouphènes Solutions – Tous droits réservés

Acouphènes, l’enquête ifop 2018 d’un fléau – Philippe Barraqué

img_2379_or6joq

L’enquête Ifop 2018 sur l’audition des français vient de sortir. Cette enquête révèle une progression préoccupante des troubles auditifs, en particulier des acouphènes, chez les jeunes.

82% des personnes interrogées déclarent avoir déjà eu des difficultés à comprendre des conversations lorsqu’il y a du bruit, ce résultat étant particulièrement élevé parmi les personnes de moins de 25 ans, avec 92% de réponses positives. Sur 435 personnes ayant participé à ces tests audio, 352 ont déclaré ressentir une gêne de compréhension dans le bruit et 192 ont indiqué avoir déjà perçu des acouphènes. Toutefois cette gêne reste modérée puisque la note d’évaluation globale ne dépasse pas 4,2/10.

Les personnes interrogées et dépistées considèrent toujours que les acouphènes relèvent d’un problème du système auditif mais une forte proportion de l’ordre de 39% le relie à un trouble associé d’ordre psychologique. Pour une large majorité de répondants, la gêne engendrée par le fait de ressentir des acouphènes peut nuire à la vie sociale, à l’exécution de tâches au quotidien, et impacter sur le moral.  Toutefois, l’enquête Ifop ne portant que sur un échantillon restreint de population, il est difficile d’en tirer des chiffres globaux au niveau national.

Les acouphènes n’en demeurent pas moins un fléau chez les jeunes et les moins jeunes qu’il est nécessaire de prendre en compte dans les programmes de prévention auditive et dans les prises en charge médicales.

Philippe Barraqué, expert santé


Thérapie sonore anti acouphènes : stop-acouphenes.fr

sources : ifop, JNA

La neurostimulation, meilleur traitement anti acouphènes

CD Neurostimulation Anti Acouphènes

Révolutionnaire et remarquable par sa simplicité d’utilisation, la Neurostimulation Anti Acouphènes™ agit directement sur le donneur d’ordre de vos acouphènes : le cerveau. Il suffit d’écouter le CD au casque tous les jours et c’est tout.
Son concepteur Philippe Barraqué, musicothérapeute de renom, a abouti à la mise point d’algorithmes intelligents qui, à force d’être répétés, désorganisent les connexions neuronales qui cessent progressivement de générer les bourdonnements, sifflements, tintements, souffles et pulsations ressentis dans les oreilles et dans la tête.
La Neurostimulation Anti Acouphènes™ (N.A.C.) est basée sur des séries aléatoires de douze sons en relation avec les fréquences qui perturbent votre audition. Des études cliniques ont démontré que ces séquences sonores diminuent  l’activité électrique  des cellules nerveuses responsables des acouphènes.
En utilisant quotidiennement la Neurostimulation Anti Acouphènes™, vous constaterez une diminution de l’impact de ces bruits parasites sur votre vie de tous les jours, une meilleure qualité de vie et de sommeil.
La technique exclusive N.A.C.™ est l’aboutissement de nombreuses années de recherches audiologiques  pour améliorer le quotidien des personnes ayant des troubles de l’audition quelles qu’en soient la nature et l’intensité.

Neurostimulation Anti Acouphènes (procédé exclusif N.A.C), essayez-la dès maintenant : cliquez ICI


C2017 – Acouphènes Solutions – Tous droits réservés

Notre pétition Acouphènes déjà +3000 signataires

pétition acouphènes flyerPlus d’un français sur quatre, selon les dernières estimations, souffrent d’acouphènes, c’est à dire de bruits dans les oreilles provoqués notamment par des traumatismes sonores. Pour certains d’entre eux, la vie quotidienne est devenue insupportable et il n’existe à ce jour aucun traitement médicamenteux pouvant traiter ces sons parasites. Signez notre pétition Donnez des moyens à la recherche sur les acouphènes qui a recueilli le plus de signatures.

Donner des moyens à la recherche scientifique pour découvrir les mécanismes physiologiques des acouphènes et de l’hypersensibilité au bruit doit devenir une priorité nationale.

Signer cette pétition, c’est se rendre audible vis à vis du gouvernement, des pouvoirs publics, des décisionnaires afin de leur faire comprendre que les acouphènes touchent des français de plus en plus nombreux, et souvent très jeunes. Un fléau à prendre en compte de toute urgence en développant des programmes de recherche scientifique ambitieux et innovants.

Nous avons besoin de vous et de votre soutien pour avancer dans la lutte anti-acouphènes. Merci de signer cette pétition et de la partager avec le plus grand nombre:

https://www.change.org/p/aux-politiques-et-%C3%A0-tous-les-d%C3%A9cisionnaires-donnez-des-moyens-%C3%A0-la-recherche-sur-les-acouph%C3%A8nes

Philippe Barraqué, musicothérapeute, musicologue


 

www.stop-acouphenes.fr la référence en thérapie sonore : CD Stop AcouphènesNeurostimulation Anti AcouphènesSophro-Acouphènes, haut-parleur d’oreiller, bruits blanc, rose, brown, Coaching, livre Dites stop à vos acouphènes (ed J.Lyon)

c.2017 Tous droits réservés – Acouphènes Solutions – www.acouphenesolutions.com

Lévothyrox, une endocrinologue rassure les patients – par Philippe Barraqué

Un vent de panique souffle sur le médicament Lévothyrox depuis qu’un nouvel excipient a remplacé le lactose. Insignifiant vous me direz et bien non, le buzz a tellement fonctionné que les patients utilisant ce médicament pour leur pathologie thyroïdienne ont souffert d’effets secondaires variés. Pour calmer des utilisateurs très chargés émotionnellement, le Dr Violaine Guérin, endocrinologue, a diffusé largement un MESSAGE AUX 3 MILLIONS DE FRANÇAIS SOUS LEVOTHYROX. Voici le texte destiné à faire le point sur une désinformation virale.

Un médicament est constitué d’un ou plusieurs principes actifs inclus dans une forme galénique (comprimé, gélule, suppositoire, injectable, …) composée d’excipients. Les excipients sont des molécules connues de longue date et enregistrées dans un registre “la Pharmacopée”. Quand un laboratoire décide de fabriquer un médicament, il décide d’une forme galénique selon différents paramètres (objectifs thérapeutiques, coûts industriels, etc.). Il a obligation de n’utiliser que des excipients listés dans la Pharmacopée, qui est globalement mondiale mais nous sommes sous le registre de la Pharmacopée européenne pour tout produit commercialisé en France. On peut dire que l’Europe a l’un des systèmes les plus prudents et protecteurs en la matière.  La Mise sur le Marché d’un médicament en vue d’une commercialisation, le laboratoire pharmaceutique doit constituer un dossier d’Autorisation de Mise sur le Marché (AMM). Selon la nature du médicament, le dossier d’AMM comporte un certain nombre d’études : in vitro, chez l’animal, chez l’Homme. L’objectif de ces dossiers est d’évaluer deux axes majeurs : l’EFFICACITE du médicament et sa TOLERANCE.   Au sujet de son efficacité, le développement d’un médicament innovant, avec un nouveau principe actif dure en moyenne une dizaine d’années.

En revanche, quand un laboratoire veut commercialiser un générique (copie à l’identique d’un médicament existant) ou effectuer une modification mineure sur un excipient, le dossier d’AMM est allégé. Il est demandé au laboratoire bien entendu de respecter la Pharmacopée mais également de vérifier la bioéquivalence, c’est-à-dire de vérifier que le “nouveau” médicament a la même efficacité que l’“ancien“ et que ses taux dans le sang soient identiques. Une très légère différence est tolérée (de 5 à 10%), en particulier parce que nous ne métabolisons pas tous les jours de la même manière (nous ne mangeons pas la même chose, la température extérieure n’est pas la même, nous avons peut-être plus bu qu’hier, nous avons eu du stress dans notre journée, etc.) et qu’une petite modification d’excipient peut entraîner une petite variabilité.

Le laboratoire Merck  Serono a validé cette nouvelle AMM pour pouvoir commercialiser le “nouveau Lévothyrox”.   Au sujet de sa tolérance, on doit analyser celle du principe actif et celle des excipients. Le principe actif du LEVOTHYROX est la copie d’une hormone qui circule dans notre corps, la T4 ou L-thyroxine. On pourrait presque dire que le principe actif T4 n’est pas un “médicament”, et plutôt dire que nous sommes dans le cas d’une substitution. On fournit ainsi au corps une molécule à l’identique de ce qu’il produit quand il fonctionne bien. Et si l’on doit la prescrire c’est parce que la thyroïde ne fonctionne plus très bien ou a été enlevée. C’est-à-dire que cette hormone, si elle est prescrite à dose adéquate, ne pourra être qu’utile et efficace. En revanche, si elle est en sur-dosage ou en sous-dosage, les patients ressentiront des effets d’hyperthyroïdie ou d’hypothyroïdie, il faudra donc corriger le dosage et les symptômes rentreront dans l’ordre.

Il faut savoir qu’un grand nombre de patients sous traitement substitutif thyroïdien ont des besoins variables par exemple en hiver et en été, ce qui est l’une des explications – à savoir que les hormones thyroïdiennes sont responsables de la température du corps et que nous n’avons pas les mêmes besoins selon les saisons.  Par ailleurs, certaines hypothyroïdies comme la thyroïdite de Hashimoto, liées à la présence d’autoanticorps, peuvent être déséquilibrées par le stress qui a un impact sur le système immunitaire. On a donc de temps en temps besoin de faire des ajustements thérapeutiques. Le stress aujourd’hui il y en a avec toute cette communication irresponsable !

En ce qui concerne les excipients : ils font tous partie de la Pharmacopée et le mannitol est une molécule d’une très grande ancienneté. C’est un sucre. Les molécules qui se terminent par –ol sont des sucres (mannitol, sorbitol, xylitol, …). Ce sont des sucres aux propriétés différentes qu’une autre catégorie de sucres les –oses (glucose, saccharose, …). Les –ols sont utilisés par exemple dans des chewing-gums dits “sans sucres”, car moins caloriques. A petite dose, le mannitol est parfaitement toléré et ne pose aucun souci.  Mais une consommation excessive de sucres –ols (exemple une ou deux boites de chewing-gums “sans sucres”) va entraîner chez de nombreuses personnes des troubles digestifs.

La médecine utilise certaines propriétés du mannitol, prescrit à forte dose, par exemple pour réduire des oedèmes cérébraux après des accidents vasculaires. La dose de mannitol intégrée comme excipient dans le “nouveau Lévothyrox” peut être comparée à ce que l’on trouve dans un chewing-gum (cqfd).   On assiste depuis plusieurs mois à : 1/  une carence de communication,  2/  une amplification d’un mauvais buzz relayé par des personnes qui ne connaissent pas la pharmacologie, y compris certains professionnels de santé qui ont inquiété les patients,  3/  une panique chez les patients, qui pour le coup peut générer de vrais déséquilibres, 4/  une attribution de la responsabilité de n’importe quel symptôme au Lévothyrox tant la panique est grande.

Je ne donne que deux exemples vécus de patients sous Lévothyrox :  – la première patiente avait d’authentiques symptômes et un interrogatoire minutieux de la chronologie a permis de dater le début des symptômes avec celui de l’arrêt du tabac et de la pose d’un patch à la nicotine, à l’évidence surdosé (ce cas a été déclaré à l’agence par la patiente mais il n’a pas été précisé la prescription de ce patch ! les services de pharmacovigilance qui doivent faire ce type d’anamnèse vont avoir beaucoup de travail…) – la deuxième patiente s’est aperçue que les symptômes dont elle se plaignait, sont arrivés dans les suites de l’infarctus avec arrêt cardiaque de 10 mn de son conjoint.

Si vous avez encore des doutes, faites ce travail d’analyse avec votre médecin généraliste ou votre endocrinologue, qui jugera de la pertinence d’un contrôle biologique après examen clinique. Mais soyez rassurés, patients sous Lévothyrox, vous n’êtes pas en danger.

Enfin, ne mettez pas en danger de rupture d’approvisionnement les enfants qui sont sous gouttes de Thyroxine, parce qu’il est plus facile pour un enfant d’avaler des gouttes qu’un comprimé et parce que des doses plus faibles leurs sont nécessaires.

  • Sources Dr Violaine Guérin, Le quotidien du médecin 120917

www.stop-acouphenes – la référence en thérapie sonore anti acouphènes recommandés par des ORL et le magazine Top Santé

Philippe Barraqué, thérapeute, expert santé


c2017 Acouphènes Solutions www.acouphenesolutions.com

Acouphènes, choisir le bon casque

CD Neurostimulation Anti Acouphènes

Pour l’écoute quotidienne des CD Stop Acouphènes™ et Neurostimulation Anti Acouphènes™, et de manière générale pour toute écoute, le choix du casque est très important.

C’est un problème que je connais déjà depuis fort longtemps, puisque je mixais dans de grands studios parisiens comme Davout et Plus Trente, dès les années 80! Le choix d’un casque semi fermé est en général le bon choix, car le casque fermé est souvent plus lourd et immerge trop l’audition dans ses perceptions internes.

De plus, on a tendance dans un casque fermé à ne plus avoir un contrôle lucide sur le niveau de décibels. On se complait dans le son, dans sa « pâte » sonore, sans se rendre compte qu’on écoute trop fort. La pression exercée par les oreillettes des casques fermés a un effet négatif non négligeable sur les charnières mandibulaires, la vascularisation de l’oreille interne et le muscle tenseur du tympan.

Moralité: dès que vous constatez l’un de ces effets négatifs, changez de casque!
Philippe Barraqué
musicothérapeute, musicologue


  • www.stop-acouphenes.fr la référence en TSF (Thérapie Sonore Fréquentielle™) recommandée par des ORL, audioprothésistes et le magazine Top Santé – Sélection de la FNAC

c2017 Acouphènes Solutions – Tous droits réservés

Thérapie Sonore Fréquentielle, le nouveau traitement anti acouphènes

Hearing screening and check equipment

Parmi les thérapies sonores existantes, la Thérapie Sonore Fréquentielle (TSF), mise au point par le musicothérapeute spécialiste des acouphènes Philippe Barraqué, apporte une solution pérenne aux patients atteints d’acouphènes récents ou non.

Elle est aujourd’hui disponible en CD et agit directement sur le donneur d’ordre de vos acouphènes : le cerveau. Son concepteur Philippe Barraqué, musicothérapeute de renom, a abouti à la mise au point d’algorithmes intelligents qui, à force d’être répétés, désorganisent les connexions neuronales. Elles cessent progressivement de générer les bourdonnements, sifflements, tintements, souffles et pulsations ressentis dans les oreilles et dans la tête.

Economique et pratique, puisqu’il suffit de l’écouter quotidiennement avec un bon casque fermé, le CD Neurostimulation Anti Acouphènes™ est basé sur les techniques innovantes de la Thérapie Sonore Fréquentielle. et comporte des séries aléatoires de douze sons en relation avec les fréquences qui perturbent votre audition.

  • Des études cliniques ont démontré que ces séquences sonores diminuent l’activité électrique  des cellules nerveuses responsables des acouphènes. En l’utilisant, vous constaterez une diminution de l’impact de ces bruits parasites sur votre vie de tous les jours, une meilleure qualité de vie et de sommeil.

La Thérapie Sonore Fréquentielle est l’aboutissement de nombreuses années de recherches audiologiques  de Philippe Barraqué, déjà l’auteur de la méthode Stop Acouphènes™, pour améliorer le quotidien des personnes ayant des troubles de l’audition quelles qu’en soient la nature et l’intensité.

  • Garantie de qualité et de sérieux, protocole de thérapie sonore recommandé par des ORL, des audioprothésistes et des orthophonistes. Sélectionné par le magazine Top Santé.

Pour vous procurer le CD Neurostimulation Anti Acouphènes™, suivez ce lien:

http://www.stop-acouphenes.fr/presentation4.html


c.2017 – Acouphènes solutions – Tous droits réservés.

Vos questions sur les acouphènes – Philippe Barraqué vous répond

print_daxxx2xx 

#Je souffre d’acouphènes mais qu’est-ce que c’est ? – Philippe Barraqué, musicothérapeute, docteur en musicologie, expert santé vous répond : « L’acouphène n’est pas un phénomène issu de notre civilisation moderne puisqu’il est décrit depuis l’Antiquité sous le nom latin de tinnitus (« tintement d’une cloche »). C’est un son qui n’est souvent entendu que par le patient et donc difficile à diagnostiquer par le médecin ORL. Il peut être perçu dans une oreille, ou dans les deux – en continu ou intermittent – sous des formes diverses: bourdonnements, chuintements, pulsations, sifflements, etc. Il s’agit souvent d’une résonance très aiguë dépassant les 8000 Hz alors que la perception de l’oreille humaine se situe entre 20 Hz et 20 KHz.
#Y en a t-il de plusieurs sortes ? – P.B. : « On distingue deux sortes d’acouphènes : – les acouphènes objectifs (5% des cas) qui proviennent d’un problème intracrânien (contractions musculaires de la face, vertèbres cervicales), dentaire (malocclusion), circulatoire (carotide), vasculaire cérébral (hypertension), tumoral (neurinome) ou en relation avec le tympan et la trompe d’Eustache. En traitant la cause, ces acouphènes peuvent régresser. – les acouphènes subjectifs ou neurosensoriels, affectant les cellules ciliées de l’oreille interne, la cochlée et la transmission des signaux auditifs au système nerveux et au cortex cérébral (les cas les plus courants). Une surdité partielle ou un déficit auditif sur certaines fréquences favorise souvent l’apparition des acouphènes. La perception de voix ou de musiques immatérielles sont à distinguer des acouphènes. Ce sont des hallucinations auditives, parfois liées à des maladies mentales, même si des déficients auditifs les perçoivent parfois en situation de stress extrême. Certains états modifiés de conscience ou d’addictions peuvent provoquer ce type de trouble de la perception. »
#Quelles en sont les causes ? – P.B. : « Si le premier type d’acouphène est clairement identifiable médicalement, les phénomènes déclencheurs de l’acouphène neurosensoriel sont le plus souvent d’origine traumatique (traumatisme sonore, musique à fort volume) et/ou psychosomatique (anxiété, burn-out, choc émotionnel, dépression, malaise vagual, surmenage, troubles obsessionnels compulsifs). Mais ne sont pas à exclure : – les interactions médicamenteuses ototoxiques (anti-inflammatoires, antipaludéens, chimiothérapie, diurétiques, vasodilatateurs), – les intoxications aux métaux lourds (amalgames dentaires, électrogalvanisme buccal), – les boissons dopantes, les inhibiteurs de digestion (café, thé, etc.), – les allergies alimentaires, les carences nutritionnelles, – la dorsalgie, la fibromyalgie, la maladie de Lyme, le syndrôme du côlon irritable – le stress oxydatif, les inflammations chroniques, – les effets négatifs des ondes électromagnétiques, des infrasons et des pollutions ambiantes. Autant dire que les champs de la recherche scientifique sont nombreux pour comprendre les mécanismes complexes des acouphènes, notamment au niveau du cortex cérébral. »
#Quelles sont les conséquences des acouphènes sur la santé ? – P.B. : « L’environnement sonore devenant une agression permanente, ce vécu influe sur votre équilibre nerveux jusqu’à vous rendre irritable et dépressif. Ces difficultés à maîtriser l’ouïe provoquent des migraines, des vertiges, une sensation de mal-être et de solitude qui perturbe la vie relationnelle et peut entraîner un processus de désocialisation. Sortir de ce cercle infernal qui alimente vos acouphènes et vous isole chaque jour davantage doit être votre priorité. Des groupes de paroles existent et des thérapies douces sont là pour adoucir vos bruits auditifs. Il faut aussi prendre le temps d’écouter les musiques internes du corps, de se poser, de se recentrer, de respirer pleinement afin que chaque respiration efface toute tension, toute dissonance en vous. »
#L’acouphène est-il le signal d’alarme d’une maladie ? – P.B. : « L’acouphène est un indicateur symptomatique de certaines pathologies liées à l’oreille interne: – l’otospongiose (l’étrier ne transmet plus les vibrations sonores), – le neurinome (tumeur bénigne invasive), – les maladies de Paget et de Ménière (bruits dans le grave, surdité, vertiges). C’est également un bon indicateur en cas d’allergies, de diabète, d’intolérances alimentaires (glutamate, gluten…) de troubles digestifs, endocriniens et de maladies dégénératives (parkinson, sclérose en plaque, etc.). Plus généralement, il est lié à une perte de l’audition et parfois à un bouchon de cérumen qui obstrue le conduit auditif. »
#Pourquoi l’acouphène est-il si perturbant psychologiquement? – P.B. : « L’acouphène est la production d’un signal nerveux anormal qui atteint votre perception consciente lorsque le système nerveux végétatif est déséquilibré à cause d’un stress ou d’une maladie. Certaines personnes le supportent très bien, voire l’ignorent, alors que d’autres le vivent très mal, notamment la nuit où il provoque des insomnies. Car faute de vous y habituer, vous vous confrontez à l’acouphène. Ce signal auditif semble vous répéter à l’infini l’émotion, le conflit, le mal-être que vous ne voulez pas entendre. Pire, il est devenu un « avatar » sonore, un membre encombrant de votre famille auquel vous prêtez beaucoup de pouvoir et de méfait. Il s’est placé au centre de vos préoccupations et pour l’instant, il a gagné! Il s’agit donc de limiter l’emprise de l’acouphène notamment par la thérapie sonore et de désactiver au maximum les réactions neurovégétatives qu’il provoque. L’aide apportée par une psychothérapie courte de type cognitive et comportementale peut s’avérer utile pour pacifier le mental et accompagner vos soins thérapeutiques. L’autohypnose et la sophrologie sont également conseillées. »
#Que faire médicalement ? – P.B. : « Suivez les conseils suivants : – Faites un bilan complet de santé. – Prenez rendez-vous avec votre dentiste pour vérifier l’état de vos dents. – Consultez un médecin ORL dès l’apparition des acouphènes car plus vous agirez vite, plus vous aurez de chance de les traiter efficacement. En effet, les acouphènes apparaissent souvent progressivement et de façon intermittente avant de devenir constants. Ne les laissez pas s’installer! – Les tests audiométriques ne dépassant pas le seuil acouphénique des 8000Hz, il est préférable de faire un examen audiométrique des hautes fréquences afin de rechercher les pertes auditives dans les zones atteintes par vos bruits parasites. Votre médecin ORL vous proposera un protocole thérapeutique alliant de l’allopathie, des thérapies de confort et éventuellement un appareillage adapté à votre cas. »
*Ces conseils vous sont donnés à titre préventif par Philippe Barraqué, musicothérapeute, docteur en musicologie, expert santé. Ils ne remplacent en aucun cas votre traitement médical.

Partagez ces conseils. La recherche avance et vous êtes de plus en plus entendus. Merci.


Thérapie sonore anti acouphènes recommandée par des médecins ORL et le magazine TOP SANTE : www.stop-acouphenes.fr

c2017. Acouphènes Solutions – Tous droits réservés.

J’hallucine que faire? – Philippe Barraqué

oreille-street-art2

Qu’elles soient visuelles ou auditives, ces perceptions erronées sont, selon des recherches scientifiques récentes, la conséquence d’une perte du contrôle de l’imagination par le cortex cérébral.

Pour être encore plus précis, les chercheurs pensent qu’il s’agit d’un dysfonctionnement de la capacité cognitive à classer les événements en faits imaginaires ou réels. D’autres émettent l’hypothèse d’une élimination exagérée de synapses lors de la phase de développement du cerveau qui produirait à terme la perception de mots inexistants. Même les techniques sophistiquées de l’imagerie médicale ne permettent pas d’identifier une cause unique à ces voix souvent harcelantes ou ces images dévoreuses d’émotions.

En effet, différentes anomalies cérébrales pourraient être impliquées dans ces dialogues subliminaux et très déstabilisants : addictions à des médicaments ou des drogues, réaction post traumatique du cerveau à une amputation, une cécité ou une surdité accompagnée ou non d’acouphènes.

L’explication la plus courante des hallucinations est une erreur d’attribution des stimuli par le cerveau qui ne réalise pas que ces messages parasites sont produits par lui-même. Comme le souligne le professeur de pédopsychiatrie Renaud Jardri, « c’est le trouble de la distinction soi/non-soi. Chez les patients souffrant de schizophrénie, ce trouble hallucinatoire pourrait découler d’anomalies cérébrales identifiées en imagerie médicale … »

En 2002, une étude menée chez des patients a démontré que leur expression parlée n’active pas simultanément les deux régions cérébrales dédiées à la perception du langage : les aires de Wernicke et de Broca. Ce défaut de synchronisation « pourrait contribuer à l’erreur d’attribution de ses propres pensées à une source externe », selon les auteurs de ces recherches.

Mais comment ce processus d’hallucinations intervient-il chez des patients qui ne souffrent pas de problèmes psychiatriques? La science est encore muette et sans doute devrait-elle s’intéresser davantage aux états extatiques, aux états modifiés de conscience, voire aux effets qu’exercent sur la perception les pratiques de la prière, de la méditation, de la transe, pour trouver les clés manquantes à ces voix ou ces images fantômes qui hantent le quotidien de patients qui hésitent à en parler, tant le sujet reste tabou dans notre société.

Philippe Barraqué, musicothérapeute, musicologue, expert santé

  • Sources : Professeur Renaud Jardri (CHRU de Lille), K.B, photo street art.

CD de thérapie sonore et de bruits de masquage : www.stop-acouphenes.fr


Acouphènes Solutions – Tous droits réservés.

 

Neurostimulation Anti Acouphènes, efficacité maximum

 

CD Neurostimulation Anti Acouphènes

Révolutionnaire et remarquable par sa simplicité d’utilisation, la Neurostimulation Anti Acouphènes™ agit directement sur le donneur d’ordre de vos acouphènes : le cerveau. Il suffit d’écouter le CD au casque tous les jours et c’est tout.

Son concepteur Philippe Barraqué, musicothérapeute de renom, a abouti à la mise point d’algorithmes intelligents qui, à force d’être répétés, désorganisent les connexions neuronales qui cessent progressivement de générer les bourdonnements, sifflements, tintements, souffles et pulsations ressentis dans les oreilles et dans la tête.

La Neurostimulation Anti Acouphènes™ (N.A.C.) est basée sur des séries aléatoires de douze sons en relation avec les fréquences qui perturbent votre audition. Des études cliniques ont démontré que ces séquences sonores diminuent  l’activité électrique  des cellules nerveuses responsables des acouphènes.

En utilisant quotidiennement la Neurostimulation Anti Acouphènes™, vous constaterez une diminution de l’impact de ces bruits parasites sur votre vie de tous les jours, une meilleure qualité de vie et de sommeil.

Commandez vite le CD Neurostimulation Anti Acouphènes en suivant ce lien : je commande maintenant


 

Acouphènes Solutions – http://www.stop-acouphenes.fr – Tous droits réservés

Coaching Stop Acouphènes, la solution

coaching-stop-acouphenes-philippe-barraque-3Acouphènes, hyperacousie, baisse d’audition : choisissez l’expertise d’un spécialiste pour trouver la solution adaptée à vos bruits auditifs. Philippe Barraqué, créateur de la méthode Stop Acouphènes et expert santé, répond à vos questions sur le Coaching Stop Acouphènes.

  • Comment se passe la séance de coaching et quelle en est la durée?

La séance Coaching Stop Acouphènes™ se déroule par téléphone. Pratique, il n’y a pas à se déplacer. Le Coaching dure 45 minutes environ et comprend :

– Des tests audio-phonologiques

– L’analyse de vos acouphènes

– Un bilan psycho-acouphénologique (stress, dépression, insomnie, isolement relationnel)

– L’établissement d’un protocole thérapeutique (des exercices simples à pratiquer tous les jours)

Le coaching s’achève par des conseils à mettre immédiatement en pratique pour un soulagement immédiat de vos troubles auditifs.

  • Et après la séance?

A l’issue de la séance de Coaching Stop Acouphènes™ , il vous est adressé dans les 48 heures par mail un compte-rendu détaillé avec les différentes pratiques de santé à mettre en  œuvre pour traiter vos problèmes auditifs. Nous pouvons joindre à ce mail un fichier téléchargeable MP3 (durée 1h) accordé à la fréquence exacte de votre acouphène (+ fréquences thérapeutiques) à écouter intégralement tous les jours pendant six mois.

  • Quel est le coût de cette prestation ?

Le Coaching Stop Acouphènes™ ne coûte que 119,50 €. Pensez à toutes les économies que vous allez faire en consultations de spécialistes, en appareillage, simplement en investissant une somme modique avec ce coaching. C’est une belle opportunité pour aller mieux tant dans sa tête que dans ses oreilles. Si vous optez pour le Coaching+ le fichier téléchargeable MP3, cela vous revient seulement à 175 €. On est loin du coût d’un appareil auditif.

  • Comment en bénéficier rapidement?

Après réception de votre commande par Paypal, vous nous indiquez les jours et heures qui  vous conviennent le mieux pour réaliser votre coaching par mail. Vous nous décrivez également vos symptômes actuels, les traitements médicaux que vous suivez. Vous nous adressez, si possible, vos examens audiométriques afin de mettre en place une stratégie efficace pour remédier à vos problèmes auditifs.

  • Comment prendre rendez-vous ?

Rendez-vous sur cette page du site, rubrique Coaching Stop Acouphènes™, réglez par Paypal et nous vous recontactons très vite.

Faites confiance à l’expertise d’un spécialiste. Le Coaching Stop Acouphènes est une méthode validée scientifiquement et recommandée par des médecins ORL.


 

Acouphènes Solutions™ – Philippe Barraqué – www.stop-acouphenes.fr

Acouphènes, tous les conseils sur stop-acouphenes.fr

img_2379_or6joq

Vous avez des acouphènes depuis peu de temps, suite à un traumatisme sonore, une forte émotion, un problème ORL, vous trouverez sur le site Stop Acouphènes une solution sur mesure pour vos désordres auditifs.

Quoi de plus flippant que ce son continu qui perturbe votre vie sociale et vous empêche de dormir. Vous êtes de plus en plus nombreux à en souffrir parce que vos oreilles ont été trop stressées par des écoutes musicales intensives ou parce que vous traversez une période de remise en question, de stress, de dépression passagère.

En fait, pour ne pas garder les acouphènes, pour ne plus être perturbé par le moindre bruit, ce qu’on appelle l’hyperacousie, il faut agir vite. Il y a de nombreuses techniques qui peuvent vous aider et il serait dommage de ne pas les connaître. C’est souvent très simple de résoudre un problème d’acouphènes quand ils sont récents, beaucoup plus long quand ils sont déjà installés.

La bonne résolution est de consulter sans tarder ce site de référence : www.stop-acouphenes.fr


Acouphènes solutions – Tous droits réservés.

La neurostimulation anti acouphènes agit directement sur votre cerveau

CD Neurostimulation Anti Acouphènes

La neurostimulation sonore agit sur le cerveau et désactive vos acouphènes

Révolutionnaire et remarquable par sa simplicité d’utilisation, la Neurostimulation Anti Acouphènes™ agit directement sur le donneur d’ordre de vos acouphènes : le cerveau. Il suffit d’écouter le CD au casque tous les jours et c’est tout.

Son concepteur Philippe Barraqué, musicothérapeute de renom, a abouti à la mise point d’algorithmes intelligents qui, à force d’être répétés, désorganisent les connexions neuronales qui cessent progressivement de générer les bourdonnements, sifflements, tintements, souffles et pulsations ressentis dans les oreilles et dans la tête.

La Neurostimulation Anti Acouphènes™ (N.A.C.) est basée sur des séries aléatoires de douze sons en relation avec les fréquences qui perturbent votre audition. Des études cliniques ont démontré que ces séquences sonores diminuent  l’activité électrique  des cellules nerveuses responsables des acouphènes.

En utilisant quotidiennement la Neurostimulation Anti Acouphènes™, vous constaterez une diminution de l’impact de ces bruits parasites sur votre vie de tous les jours, une meilleure qualité de vie et de sommeil.

Commandez vite le CD Neurostimulation Anti Acouphènes : www.stop-acouphenes.fr


Acouphènes solutions – Tous droits réservés.

Acouphènes : l’homéopathie ça marche!

homeopathie

Vous avez essayé beaucoup de traitements pour traiter vos bruits dans la tête, vos bourdonnements d’oreilles, et vous pensez que rien ne marche; pourtant, l’homéopathie a fait ses preuves pour agir durablement sur vos acouphènes. Un conseil toutefois, soyez persévérant et prenez vos 3 granules 5CH plusieurs fois par jour et au moment des crises.

  • L’homéopathie adaptée à chaque pathologie auditive :
    • Acouphènes et choc traumatique : Arnica, Hypericum, Natrum sulfuricum.
    • Acouphènes et craquements articulaires : Calcarea carbonica, Ferrum phosphoricum, Graphites, Kalium, Muriaticum.
    • Acouphènes avec joues rouges : Sanguinaria Canadensis.
    • Acouphènes et malocclusion dentaire : Calcarea Carbonica, Graphite, Natrum Muriaticum, Thuya.
    • Acouphènes et ménopause : Glonoïnum, Lachesis.
    • Acouphènes avec oreilles rouges et chaudes : Sulfur.
    • Acouphènes pendant la période des règles : Ferrum Metallicum, Graphites.
    • Acouphènes en position allongée : Graphites, Sulfur.
    • Acouphènes provoqués par des médicaments : Glonoïnum.
    • Acouphènes pulsatiles : Calcarea carbonica, Causticum, Glonoïnum, Lachesis.
    • Acouphènes après le repas, nausées : Nux vomica.
    • Acouphènes avec résonances dans la tête : Baryta carbonic, Causticum, Lycopodium, Phosphorus, Sepia.
    • Acouphènes avec sensation d’oreille bouchée : Lachesis.
    • Acouphènes au seuil de l’intolérable : Actea racemosa.*

Philippe Barraqué, musicothérapeute, expert santé



*Retrouvez plus de conseils en homéopathie et toutes les techniques anti acouphènes dans mon livre Dites stop à vos acouphènes (éditions J.Lyon)

– Acouphènes solutions – Philippe Barraqué – Tous droits réservés

 

Un intolérant au bruit témoigne – Philippe Barraqué

oreilles

Un musicien québécois témoigne de son intolérance au bruit, ce qu’on appelle l’hyperacousie, et des moyens qu’il a mis en œuvre pour pouvoir continuer à faire de la musique malgré son problème psycho-auditif.

« Je suis acouphénique depuis une quinzaine d’années et musicien amateur depuis une douzaine d’années. Je suis membre de cinq formations musicales, dont une harmonie (orchestre d’instruments à vents et percussions) d’une cinquantaine de musiciens.

Quelque temps avant de joindre ce premier groupe, j’ai vécu une période d’intolérance au bruit (que j’ai compris plus tard comme étant de l’hyperacousie). Ceci m’a amené doucement vers l’isolement. Tranquillement, je me suis mis à décliner les invitations au restaurant (ah! les gens parlent de plus en plus fort et tous en même temps par surcroit!), j’évitais les concerts (mon Dieu! que les flûtes traversières sont puissantes de nos jours, et que dire des groupes rock!) et je n’avais plus le goût d’aller au cinéma (il devrait y avoir une loi contre autant de décibels!). Je ne m’apercevais pas que c’était mon oreille qui changeait, pas les gens.

C’est en commençant à jouer avec mon orchestre d’instruments à vent que j’ai compris que je ne pourrais pas survivre longtemps si je ne faisais pas quelque chose : cela devenait de plus en plus douloureux à chaque pratique. J’ai consulté une audiologiste qui m’a fait passer des tests et m’a annoncé que je souffrais d’hyperacousie; et que ça se soignait habituellement assez bien avec des bouchons moulés.

J’ai donc pris rendez-vous avec un audioprothésiste qui m’a fabriqué des bouchons, dits de musiciens à cause de leur capacité à atténuer les sons également sur tout le spectre des fréquences audibles, permettant au musicien d’avoir un son atténué, mais balancé. Pendant quelques semaines, j’ai suivi la prescription de l’audioprothésiste : ne mettre les bouchons que lorsque la douleur était présente et les enlever dès que cette source de douleur était absente; ceci pour assurer mon confort, d’une part, mais aussi pour permettre à l’oreille de se désensibiliser en étant exposée aux bruits ambiants normaux.

Au début de mes pratiques, je les mettais toujours. Après quelques semaines, j’ai commencé à oublier de les mettre. La douleur surgissait, mais pas toujours. Après quelques mois, je me suis aperçu que la douleur était absente. Je ne sentais plus le besoin de les mettre.

Aujourd’hui, je les porte toujours sur moi (mais pas dans mes oreilles) comme assurance contre la douleur. Je ne les porte qu’occasionnellement. Ma sensibilité à la douleur a diminué drastiquement. Aujourd’hui, je suis capable de tolérer les applaudissements et les assiettes qui s’entrechoquent, ce qui me déchirait le tympan auparavant. »

Normand G. (source : Acouphènes Québec)


Acouphènes solutions – Philippe Barraqué – Tous droits réservés

Handicap auditif, LipNet lit sur les lèvres

lire-sur-les-levres

La lecture sur les lèvres est l’un des moyens, avec l’appareillage et le langage des signes, à comprendre les conversations, pour les personnes en situation de handicap auditif. Un nouveau programme d’intelligence artificiel, LipNet, va leur facilité la tâche avec 93% de réussite.

Cette technologie a été mise au point par une équipe de chercheurs de l’Université d’Oxford. Selon ces scientifiques, cette intelligence artificielle se distingue des précédents procédés mis au point par la manière dont elle analyse les mouvements des lèvres. Ainsi, le principe de LipNet est de prendre en bloc les phrases au lieu de transposer chaque mouvement des lèvres en les reliant à un son.

Une technologie à adapter aux situations réelles

Le système LipNet a été testé sur trois étudiants sourds de l’Université d’Oxford. Face à 300 phrases similaires à celles programmées dans le logiciel, leur taux d’erreur a été de 47.7 % sans la technologie LipNet et de 6,6% lorsqu’ils l’ont utilisée. Dans les prochaines phases de tests, il sera nécessaire d’adapter ce système prometteur à des phrases prononcées par des personnes dans des situations courantes et en variant les structures des phrases et les conversations.

Philippe Barraqué, musicothérapeute, docteur en musicologie, expert santé



Acouphènes solutions – Tous droits réservés.

Hyperacousie, conseils pour en guérir

guérison épanouissement

L’hyperacousie, contrairement aux acouphènes, est une intolérance aux bruits qui est relativement facile à guérir. Philippe Barraqué, créateur de la méthode Stop Acouphènes, vous donne des conseils pour y parvenir.

Si l’hyperacousie n’est pas associée à des acouphènes ou à une pathologie invalidante, il y a des moyens simples pour en venir à bout. La première règle est d’utiliser les bouchons d’oreilles à bon escient. Si vous bouchez vos oreilles en permanence, vous allez augmenter votre sensibilité aux bruits car l’organe auditif a besoin de la pression de l’air extérieur pour bien fonctionner et que la nature l’a ainsi fait. Les bouchons seront donc réservés aux expositions sonores à risque comme les concerts, les discothèques, etc.

La deuxième règle est que l’hyperacousie arrive dans la plupart des cas sur un terrain psychologique fragile et anxiogène. Il suffit d’un choc émotionnel, associé ou non à un traumatisme sonore, pour que le processus infernal de l’allergie aux sons se mette en place. Il s’en suit des crises d’angoisse, de panique, qui dominent bien souvent le récit qu’en font les patients hyperacousiques.

De l’hyperacousie, il n’y a qu’un pas pour plonger dans la misophonie avec une désocialisation provoquée par le rejet de tout bruit émanant de l’environnement sonore proche. Un bruit de mastication, une cuillère qui tombe, le son du moteur du frigidaire, le voisinage, tout se transforme en une bombe sonore provoquant un repli quasi autistique sur soi. Donc, il ne faut pas hésiter à consulter un psy et le plus possible méditer, se relaxer, s’oxygéner, voir des amis pour éviter une marginalisation sociétale parfois définitive.

La troisième règle est d’arrêter de tisser en permanence des pensées toxiques, de stopper l’analyse hypocondriaque de votre « hyper ». Il n’est qu’à lire sur des pages et des pages de certains forums, les analyses détaillées au scalpel des hyperacousiques, leur agressivité entre eux, leurs pensées mortifères, pour vous encourager à sortir bien vite de ce cercle vicieux en  vous accordant des temps de lâcher prise, voire en utilisant la technique de la cohérence cardiaque (six cycles de respiration par minute).

La quatrième règle est d’avoir recours à la thérapie sonore et en particulier au bruit Brown très adapté aux hyperacousiques. Beaucoup de patients l’ont adopté.

Vous voyez qu’il ne vous ait pas proposé de recettes miracles pour guérir mais des solutions pérennes pour y parvenir. Donc, vous prenez votre manteau, vos baskets et vous renouez avec le monde extérieur. Promis?

Philippe Barraqué, thérapeute, musicothérapeute, expert santé


www.stop-acouphenes.fr La référence en thérapie sonore

Acouphènes Solutions – Tous droits réservés.

 

Liste des médicaments ototoxiques – Acouphènes solutions

acouphènes visualisation 

Une centaine de médicaments sont indiqués comme susceptibles de provoquer des dommages au niveau de l’oreille interne. Ils contiennent des substances ototoxiques. En voici la liste non exhaustive, tout en sachant que ces molécules, dont certaines entrent dans la composition de médicaments très courants, ne causent des altérations de l’appareil auditif que dans des cas très spécifiques et lors de traitements prolongés et à forte dose. Ces médicaments ototoxiques peuvent endommager les cellules ciliées de la cochlée ou le vestibule, entraînant des troubles de l’oreille comme les acouphènes, les vertiges et les pertes d’équilibre.

  • Anti-inflammatoires

Salicylates

– Aspirine‚ Aspégic‚ Aspro‚ Catalgine‚ Kardégic‚ Solupsan.
Ces substances ont des effets sur la cochlée en cas de traitement prolongé ou à forte dose. Au delà de 4 grammes par jour, elles provoquent des acouphènes chez 50% des patients et une baisse auditive dans 75% des cas.

Divers anti-inflammatoires

Acides acétiques : Indomethacine, Indocid.
Acides propioniques : Fenoprofène Nalgésic‚ Ibuprofène Nurofen‚ Nureflex‚ Advil‚ Naproxen Apranax‚ Naprosyne‚ acide méfénamique, Ponstyl.
Acides énoliques : Piroxicam Feldène. Les deux molécules les plus souvent citées sont l’Ibuprofène et le Naproxen.


  • Cancérologie et hématologie

Cisplatine et dérivés
– Cisplatyl, Eloxatine‚ Oxaliplatine, Paraplatine‚ Carboplatine.
Les effets ototoxiques se manifestent par des acouphènes fréquents avec une déficience dans les aigus. La surdité s’installe parfois brutalement. En cas de traitement de longue durée, ces altérations auditives peuvent atteindre d’autres fréquences, entraînant une difficulté à discriminer les sons entre eux.

Interféron : Il présente un taux élevé d’ototoxicité (45% d’acouphènes avec surdité). Il semblerait que ces effets surviennent après un traitement prolongé et soient réversibles à l’arrêt du traitement.

Autres traitements
-Dérivés de la moutarde azotée (surdité et acouphènes permanents).
-Bléomycine (acouphènes possibles).
-Vincristine (atteinte de la cochlée).
-Vinblastine.
-Méthotrexate (toxicité cochléaire et vestibulaire).


  • Diurétiques

-Furosémide, Lasilix.


  • Antibiotiques

Aminosides
-Amiklin (toxicité cochléaire et vestibulaire).
-Gentamycine (toxicité cochléaire et vestibulaire, dose-cumulée).
-Isepalline (toxicité cochléaire et vestibulaire).
-Tobramycine Nebcine‚ (toxicité cochléaire et vestibulaire).
-Netilmycine.
-Netromycine‚ (toxicité cochléaire et vestibulaire).
-Kamycine‚ (toxicité cochléaire et vestibulaire).

Les Aminosides ont des effets ototoxiques quels que soient leurs modes d’administration, en prise unique ou en plusieurs prises. L’ototoxicité est différente selon la molécule considérée : la Néomycine est la substance la plus cochléotoxique avec des cas rapportés après utilisation par voie aérienne. Sur le vestibule, sa toxicité s’avère plus rare ; la Streptomycine est beaucoup plus toxique. Elle provoque une baisse auditive dans 4 à 15% des cas. La Gentamycine est plus vestibulotoxique (incidence allant jusqu’à 30%) que cochléotoxique (4 à 5% de baisse auditive). Kanamycine, Amikacine et Nétilmicine sont principalement toxiques sur la cochlée.

Macrolides
-Erythromycine, Erythrocine‚ Erytrogram‚ Pédiazole.
Les macrolides induisent une surdité bilatérale, souvent associée à des acouphènes. Les vertiges sont possibles. Contrairement à ce qui est observé avec les aminosides, la surdité peut atteindre aussi bien les fréquences conversationnelles que les fréquences plus aiguës. Elle est donc aisément décelable par le patient. Ces effets ototoxiques surviennent pour des doses supérieures à 4 grammes par jour, ou à partir de 2grammes par jour, en cas d’insuffisance rénale (dialyses) ou hépatique.

-Clarithromycine, Naxy‚ Zeclar. Des cas d’acouphènes et d’hypoacousie réversibles ont été signalés.

-Azithromycine, Zithromax‚ Vancomycine, Vancocine, Vancomycine.
Leurs effets indésirables sont des acouphènes et des cas de surdité potentiellement irréversibles, notamment dans les fréquences aiguës. Ils sont rapportés pour des taux sanguins élevés (> 30 à 45 mg/l) et en association avec d’autres médicaments ototoxiques.

-Polymixine, Colymycine (toxicité cochléaire et vestibulaire en instillation).

-Tétracyclines, Doxycycline, Vibramycine‚ Minocycline, Acneline‚ Mynocine.

La Minocycline (utilisée notamment dans le traitement de l’acné et de la pseudoarthrite rhumatoide) est vestibulotoxique, surtout chez la femme. 50 à 100 mg, 2 fois par jour, provoquent des étourdissements et des vertiges, réversibles après l’arrêt du traitement (48 à 72 heures après).


  • Antipaludéens

Quinine
-Quinidine, Quinimax‚ comprimés et injections (acouphènes, vertiges, baisse auditive).
-Quinine chlorhydrate Lafran.
Leus effets observés sont réversibles (acouphènes fréquents même à faibles doses).
Dans les traitements prolongés à dose supérieure à 200-300 mg par jour, 20% des patients souffrent d’acouphènes, suivis par une baisse auditive provisoire sur les fréquences graves.

Chloroquine
-Nivaquine‚ Savarine.
Des cas de surdité sévère et définitive ont été rapportés le plus souvent après des traitements prolongés et à fortes doses.


Autres médicaments anti malaria
-Méfloquine, Lariam, Pyriméthamine, Malocide‚ Fansidar (vertiges).


  • Topiques locaux prescrits en ORL

On constate des effets ototoxiques en cas de perforation tympanique sèche.

-Antibiosynalar (toxicité cochléaire et vestibulaire).
-Auricularum (quelques cas de vertiges).
-Colicort‚ Corticétine‚ Framyxone‚ Desocort, Panotile‚ Polydexa ( toxicité cochléaire et vestibulaire).
-Dexapolyfra‚ (toxicité cochléovestibulaire pour le foetus, contre-indiqué durant la grossesse).


  • Anesthésiques locaux

-Lidocaïne, Xylocaïne‚ Bupivacaïne, Marcaïne (anesthésie du rachis), Morphine (en épidural).


  • Autres molécules ototoxiques

Anti arythmiques
– à base de quinidine, lidocaine, tocainide et flecainide (Flecaïne).
– béta-bloquants (Propanolol, Metoprolol) : aggravation d’acouphènes préexistants.
– anti-calciques (Adalate).

Anti hypertenseurs
-Diazoxide, Hyperstat‚ Enalapril, Renitec (atteinte de la cochlée).

Anti convulsifs
-Carbamazépine, Tégrétol‚ acide valproïque, Dépakine (atteinte de la cochlée).

Anti ulcéreux
-Cimetitidine, Tagamet‚ Famotidine, Pepdine, Oméprazole, Mopral (atteinte de la cochlée).


Hormones et contraceptifs oraux
Cochléotoxicité variable selon les patients.


Opioïdes
– Morphine, Moscontin‚ Skenan‚ Pentazocine, Fortal (atteinte de la cochlée).


Anti dépresseurs
Anti dépresseurs imipraminiques :
– Surmontil‚ Anafranil (rares cas d’acouphènes).
– Miansérine, Athymil (acouphènes).
– Fluoxétine, Prozac (perte auditive).
– Diazepam, Valium (acouphènes lors du sevrage).


Des acouphènes ont également été rapportés après la prise des substances médicamenteuses suivantes:
-Anti histaminiques.
-Caféine.
-Aminophylline, Planphylline.
-Acétazolamide, Diamox.
-Levodopa, Modopar‚ Sinemet.
-Deferoxamine, Desféral : cochléotoxique dans 25 à 75% des cas, à raison d’une dose journalière supérieure à 35-50 mg/kg).

  • Important : cette liste des médicaments ototoxiques vous est donnée à titre préventif. N’interrompez en aucun cas votre traitement médical et consultez votre médecin traitant.

Philippe Barraqué, expert santé, thérapeute


www.stop-acouphenes.fr  la référence en thérapie sonore anti acouphènes

Acouphènes solutions – Philippe Barraqué – Tous droits réservés.

Oreille malade Acouphènes et anxiété

oreillecortexaud

L’association Acouphènes Québec nous livre ce témoignage : Du jour au lendemain, quand il avait 52 ans, Normand Gour s’est retrouvé avec des acouphènes. L’ingénieur de l’Outaouais n’avait jamais travaillé dans un milieu bruyant. Au fil des mois, il a dû se résoudre à vivre avec un « grichage » intermittent, « comme une radio entre deux postes ».

« Au début, je pensais que j’avais l’oreille gauche bouchée, comme ça m’était arrivé à l’université, dit M. Gour. Mon médecin m’a dit que non. Mon oreille droite a commencé à être bouchée puis ç’a évolué vers un grichage. J’ai fini par être hypersensible aux bruits et j’ai envisagé de cesser de jouer du saxophone dans des orchestres. Mais j’ai lu et j’ai compris que je devais désirer mes acouphènes. Ça peut ressembler à des grillons. J’ai fini par me convaincre que c’était positif pour moi. »

De l’autre côté du spectre, Pierre LeBlanc, un militaire à la retraite, gère plus difficilement ses acouphènes. « J’ai commencé à les avoir en 1996 en Haïti, probablement à cause d’un médicament contre la malaria, dont c’est l’un des effets secondaires. Ç’a été compliqué par un syndrome de stress post-traumatique. Je dois choisir mes activités et leur moment pour éviter le stress. Je fais beaucoup d’ordinateur, mais je dois gérer mon temps, une demi-heure, puis une pause de dix minutes, et une autre demi-heure, sinon je suis épuisé par les acouphènes. Je prends des antidépresseurs et du clonazépam contre l’anxiété. »

Les acouphènes de M. LeBlanc, qui habite Québec, sont compliqués par une surdité importante. Il porte des bouchons atténuateurs qui réduisent de 25 décibels le niveau de bruit ambiant.

Essais et erreurs

Ces deux extrêmes illustrent bien les aléas des acouphènes, un trouble auditif qui génère un bruit fantôme rendant plusieurs patients très anxieux.

  • « La majorité des gens qui ont des acouphènes n’ont pas beaucoup de problèmes, mais pour une minorité, c’est énorme, avec beaucoup d’anxiété et de dépression. »

Sylvie Hébert, présidente d’Acouphènes Québec

« On peut avoir des aides auditives si le problème n’est pas trop grave, mais la thérapie cognitivo-comportementale aide beaucoup, comme pour l’insomnie ou la douleur, ainsi que les contacts avec d’autres gens qui ont le même problème. Acouphènes Québec n’a que 600 membres, mais on pense que 700 000 personnes au Québec en souffrent, dont 70 000 gravement », ajoute Mme Hébert, qui est également chercheuse au laboratoire de recherche sur le cerveau, la musique et le son du Centre de recherche de l’Institut universitaire de gériatrie de Montréal, affilié à l’Université de Montréal.

Selon une étude publiée l’été dernier dans la revue JAMA Otolaryngology :

Les acouphènes touchent une personne sur dix, un peu plus souvent les hommes, probablement à cause des métiers dans des environnements bruyants.

  • 6,8 % des adultes non exposés à des bruits forts au travail ont des acouphènes
  • 19,2 % des adultes exposés à des bruits forts au travail ont des acouphènes
  • 10,5 % des hommes adultes ont des acouphènes
  • 8,8 % des femmes adultes ont des acouphènes (Source : JAMA Otolaryngology)

Contrairement au Québec, les médicaments contre la dépression et l’anxiété sont souvent utilisés aux États-Unis pour minimiser les impacts des acouphènes. « Ce n’est pas très fréquent ici, dit Janik Sarrazin, président de l’Association d’otorhinolaryngologie et de chirurgie cervico-faciale du Québec. Les anxiolytiques contre l’anxiété ont des effets secondaires importants et n’ont pas d’impact sur les acouphènes. On préfère ne pas recourir à des médicaments. »

Les parades contre les acouphènes nécessitent beaucoup d’essais et erreurs des patients, selon le Dr Sarrazin. « Il n’y a aucune recette qui fonctionne tout le temps pour tout le monde. Parfois, on peut avoir un bruit blanc qui annule votre acouphène à vous. D’ailleurs, le Québec a été l’un des derniers endroits à passer de l’analogue au numérique pour les aides auditives. Les aides analogues avaient un petit bruit de fond. Certains patients avec des acouphènes se sont ennuyés de ce bruit quand ils sont passés au numérique voilà 10 ans. »

Normand Gour, de Gatineau, rapporte que son ORL ne lui a jamais parlé de la possibilité d’une thérapie cognitivo-comportementale. « Il m’a dit qu’il n’y a rien à faire, il était presque fâché d’être confronté à un problème devant lequel il était impuissant. J’ai trouvé par moi-même ma propre thérapie, en lisant. »

Un ORL d’un grand centre donnera toujours des références de psychothérapie à un patient qui en fait la demande, rétorque le Dr Sarrazin. « Personnellement, ça m’arrive deux ou trois fois par année. Notre première approche, c’est de rassurer le patient, de lui dire que ce n’est pas le signe d’un problème plus grave, qu’il n’est pas en train de devenir fou ou sourd. »

Parmi les Américains souffrant d’acouphènes :

  • 45 % prennent des médicaments contre l’anxiété
  • 9 % ont des prothèses auditives électroniques
  • 8 % prennent des suppléments alimentaires
  • 7 % utilisent des méthodes de réduction du stress
  • 3 % utilisent des écouteurs masquant les bruits
  • 0,2 % utilisent la thérapie cognitivo-comportementale (Source : JAMA Otolaryngology)

CD Stop Acouphènes La référence en thérapie sonore

Acouphènes solutions – Philippe Barraqué – Tous droits réservés

Acouphènes, où en sont les traitements et la recherche? – Philippe Barraqué

Dans son dernier rapport, l’Inserm fait le point sur les recherches scientifiques sur les acouphènes et sur les protocoles actuels d’accompagnement de la gêne auditive.

Les acouphènes sont des bruits générés spontanément dans la voie auditive. Ils sont le plus souvent liés à une perte d’audition, même s’ils ont parfois une autre origine. Ce sont des sifflements, des grésillements ou des bourdonnements d’oreille, qui ne proviennent pas du monde extérieur. Survenant dans une seule ou deux oreilles, ils peuvent être continus ou intermittents, transitoires ou persistants.  Un acouphène persistant peut durer plusieurs mois, voire plusieurs années.

Des causes multiples

Dans environ 80% des cas, les acouphènes sont associés à des troubles de l’audition. Dans les autres cas, bien qu’aucun déficit ne soit retrouvé à l’audiogramme, l’existence de lésions indétectables des fibres nerveuses auditives n’est pas à exclure.

Une perte auditive serait le plus souvent à l’origine des acouphènes. Face à une déficience de l’audition, le cerveau va se réorganiser pour s’adapter et tenter de pallier cette déficience. Hélas, cette réorganisation peut entrainer un fonctionnement aberrant du cortex auditif. Dans certains cas, des activités anormales générées le long de la voie auditive seront interprétées comme des sons par le système nerveux central. Le cerveau entendra des sons qui ne correspondent pas à une stimulation acoustique extérieure : c’est l’acouphène !

Un traumatisme induit par intervention chirurgicale, une inflammation liée à une otite moyenne, un médicament toxique pour le système auditif (médicament ototoxique) ou encore un problème vasculaire provoquant une gêne à proximité du nerf auditif, constituent des causes probables d’acouphènes.

Une pathologie fréquente

Environ 10% de la population adulte serait touchée par les acouphènes, avec des formes très sévères dans moins de 1% des cas.

Le risque d’acouphène augmente avec l’âge et la presbyacousie (perte auditive liée à l’âge), atteignant un pic autour de 65 ans. Ce risque progresse également avec l’exposition au bruit au cours de la vie et la survenue de traumatismes sonores. Une récente étude portant sur des discs jockeys de 26 ans, travaillant trois nuits par semaine depuis six ans, montre que 75% d’entre eux souffrent d’acouphènes.

Le retentissement des acouphènes est très variable d’un individu à l’autre. Ils peuvent, notamment, entrainer des difficultés pour s’endormir ou pour se concentrer, des états d’anxiété et de dépression.

Une prise en charge possible

Les chercheurs clarifient peu à peu les mécanismes des acouphènes, pour tenter de proposer des solutions efficaces et durables aux patients les plus affectés. Dans un premier temps, il est utile de consulter pour rechercher une perte auditive. En cas de déficit avéré, une aide auditive permet le plus souvent d’améliorer l’audition et de détourner le patient de ses acouphènes. Dans les cas les plus gênants, des protocoles thérapeutiques sont proposés pour en réduire le retentissement.

Ainsi, les masqueurs d’acouphènes sont des appareils auditifs qui émettent un bruit de fond, modéré mais permanent, qui masque les acouphènes et en limite la perception ; les thérapies cognitivo-comportementales permettent aux patients d’apprendre à mieux vivre avec leurs acouphènes. Par exemple, la sophrologie les aide à supprimer la connotation négative du son et à relativiser son importance.

Des thérapies comportementales proposées dans certains hôpitaux leur permet de ne plus se focaliser sur ces bruits indésirables. En cas d’anxiété et de dépression, une prise en charge par un psychiatre ou par un psychologue, ainsi que des médicaments (anxiolytiques, antidépresseurs), s’avèrent souvent être utiles.

Le soulagement des patients

De nombreuses pistes sont explorées pour parvenir à mieux soulager les patients, ou même à supprimer durablement les acouphènes. Compte-tenu du lien entre troubles de l’audition et acouphènes, améliorer la prévention des pertes auditives et leur prise en charge permettrait de réduire leur incidence. L’exposition au bruit est une cause première des troubles de l’audition : des niveaux sonores élevés détruisent de façon irréversible des cellules de l’oreille interne (cellules ciliées) et altèrent les fibres nerveuses auditives. Ainsi, un traitement limitant la destruction des cellules ciliées, administré dans les heures qui suivent un traumatisme, pourrait atténuer le risque d’apparition des acouphènes. De tels traitements sont en cours de développement ou déjà appliqués sur des cas cliniques ciblés.

Les expérimentations en cours

Des thérapies sonores sont également en cours d’expérimentation. L’idée est d’induire une réorganisation du cortex auditif pour supprimer (ou au moins atténuer) les acouphènes. Concrètement, le patient est exposé à une musique ou à un bruit dépourvu de la fréquence sonore caractéristique de ses acouphènes. Il s’agit d’un traitement à long terme, conduit sur plusieurs mois.

Des essais de stimulation magnétique transcrânienne ont eu lieu il y a une dizaine d’années. Cette stratégie vise à utiliser les stimulations magnétiques pour  provoquer la réorganisation du cortex auditif et réduire les acouphènes. Les résultats obtenus jusqu’ici ne sont pas convaincants. Des stimulations électriques ont également été testées dans le même objectif. Nécessitant l’implantation d’électrodes dans le cerveau, cette technique a été abandonnée dans cette indication : les acouphènes revenaient chez les quelques patients implantés.

Les recherches

Des travaux ont suggéré l’intérêt de stimuler le nerf pneumogastrique (aussi appelé nerf vague), situé au niveau du cou. Chez le rat, le couplage de stimuli sonores spécifiques avec des stimulations brèves et répétées du nerf vague, semble inverser durablement les modifications neuronales liées à la perte auditive, et réduire les acouphènes. Un protocole clinique a débuté en Belgique, chez des patients souffrant depuis plus d’un an d’acouphènes sévères et d’une perte auditive permettant toutefois d’entendre les stimuli sonores.

Côté thérapies pharmacologiques, des essais cliniques sont en cours pour tester l’efficacité de molécules à action locale, capables de bloquer les acouphènes dans des « modèles animaux ». Il s’agit d’antagonistes des récepteurs NMDA sensibles au glutamate. Il semble en effet que les récepteurs NMDA situés sur les fibres nerveuses auditives jouent un rôle majeur dans l’apparition des acouphènes. Ils répondent à la présence excessive de glutamate, principal neurotransmetteur du système auditif, entrainant un surcroit d’excitabilité.

Enfin, des molécules sont en cours d’expérimentation, en injection intra auriculaire ou par voie orale, pour restaurer les cellules ciliées et à terme, recouvrer une audition normale.

Source (extraits) : Unité Inserm 1051 , Institut des neurosciences de Montpellier


Thérapie sonore anti-acouphènes    Sophrologie anti-acouphènes

Neurostimulation Anti Acouphènes

Acouphènes solutions – Philippe Barraqué – Tous droits réservés

 

 

 

Acouphènes Signez la pétition officielle

Acouphènes Philippe Barraqué

Une pétition qui recueille déjà près de 3000 signatures. Des professionnels de l’audition, des médecins, des psychologues, des patients et des proches nous ont rejoints, alors pourquoi pas vous? Signez dès maintenant la pétition officielle pour faire avancer la recherche sur les acouphènes.

Plus d’un français sur quatre, selon les dernières estimations, souffrent d’acouphènes, c’est à dire de bruits dans les oreilles provoqués notamment par des traumatismes sonores. Pour certains d’entre eux, la vie quotidienne est devenue insupportable et il n’existe à ce jour aucun traitement médicamenteux pouvant traiter ces sons parasites.

Donner des moyens à la recherche scientifique pour découvrir les mécanismes physiologiques des acouphènes et de l’hypersensibilité au bruit doit devenir une priorité nationale.

Signer cette pétition, c’est se rendre audible vis à vis du gouvernement, des pouvoirs publics, des décisionnaires afin de leur faire comprendre que les acouphènes touchent des français de plus en plus nombreux, et souvent très jeunes. Un fléau à prendre en compte de toute urgence en développant des programmes de recherche scientifique ambitieux et innovants.

Nous avons besoin de vous et de votre soutien pour avancer dans la lutte anti-acouphènes. Merci de signer cette pétition et de la partager avec le plus grand nombre. Cliquez ici.

Philippe Barraqué, musicothérapeute, musicologue


Acouphènes Solutions – Tous droits réservés.